Découvrez le discours d’adieu de Donald Trump: au-delà de l’actualité, un manifeste politique majeur

Le leader du net libre / Photo: White House
Le leader du net libre / Photo: White House

Lire des résumés et des articles d’opinion sur Donald Trump, c’est bien. Puiser directement à la source, c’est mieux. FL24 a traduit et commenté (un peu) pour vous le discours d’adieu du 45e président des États-Unis, qui prend déjà l’allure d’un manifeste du patriotisme de la défense de la civilisation occidentale en ce début du XXIe siècle.

Mes chers concitoyens“, commence Donald Trump, “il y a quatre ans, nous avons lancé un grand élan national pour reconstruire notre pays, pour lui redonner de la vigueur et pour restaurer la loyauté du gouvernement envers ses citoyens. En bref, nous nous sommes engagés dans une mission visant à rendre l’Amérique à nouveau grande pour tous les Américains.

Alors que je termine mon mandat en tant que 45e président des États-Unis, je me tiens devant vous, vraiment fier de ce que nous avons accompli ensemble. Nous avons fait ce pour quoi nous sommes venus ici, et bien plus encore.

Contrairement à ce que l’on peut entendre dans les médias, Trump ne quitte pas son poste sur une haine envers Biden et ses hommes. “Cette semaine, nous inaugurons une nouvelle présidence et nous prions pour qu’elle réussisse à maintenir la sécurité et la prospérité de l’Amérique. Nous leur adressons nos meilleurs vœux, et nous voulons aussi qu’ils aient de la chance, un mot très important“, dit Trump, et c’est de la classe.

Le don de sa personne à la nation

Comme veut le coutume, le président sortant a remercié sa famille, son équipe, mais aussi les services secrets du pays qui ont assuré sa sécurité, pour finir par rendre hommage au peuple américain.

Servir en tant que Président a été un honneur indescriptible. Je vous remercie pour cet extraordinaire privilège. C’est vraiment un grand privilège et un grand honneur. Nous ne devons jamais oublier que si nous, les Américains, aurons toujours nos désaccords, nous sommes une nation de citoyens extraordinaires, honnêtes, fidèles et épris de paix, qui veulent tous que notre pays prospère et s’épanouisse et soit très, très prospère et bon. Nous sommes une nation vraiment magnifique.” Une belle déclaration d’amour, loin de l’autoflagellation macroniste.

Après avoir condamné la violence politique, et notamment les événements du Capitole, Trump rappelle son arrivée, il y a quatre ans, en outsider. “Je me suis présenté à la présidence parce que je savais qu’il y avait de nouveaux sommets gigantesques pour l’Amérique qui n’attendaient que d’être escaladés. Je savais que le potentiel de notre nation était illimité tant que nous mettions l’Amérique au premier plan. J’ai donc laissé derrière moi mon ancienne vie et je suis entré dans une arène très difficile.

Ni droite, ni gauche, Amérique d’abord

L’Amérique m’avait tant donné et je voulais donner quelque chose en retour. Avec des millions de patriotes travailleurs à travers ce pays, nous avons construit le plus grand mouvement politique de l’histoire de notre pays. Nous avons également construit la plus grande économie de l’histoire du monde“, explique Trump avant de faire une petite leçon de démocratie.

Il s’agissait de l’Amérique d’abord parce que nous voulions tous rendre l’Amérique grande à nouveau. Nous avons restauré le principe selon lequel une nation existe pour servir ses citoyens. Notre programme n’était pas axé sur la droite ou la gauche. Il n’était pas question de républicain ou de démocrate, mais du bien d’une nation, et cela signifie la nation entière.

Avec le soutien et les prières du peuple américain, nous avons accompli plus que ce que personne ne pensait possible. Personne ne pensait que nous pourrions même nous en approcher. Nous avons adopté le plus grand paquet de réductions d’impôts et de réformes de l’histoire américaine. Nous avons supprimé plus de réglementations néfastes pour l’emploi que n’importe quelle administration ne l’avait jamais fait auparavant.

Les succès de la politique étrangère

Nous avons réparé nos accords commerciaux rompus, nous nous sommes retirés de l’horrible partenariat transpacifique et de l’impossible Accord de Paris sur le climat, nous avons renégocié l’accord unilatéral avec la Corée du Sud. Et nous avons remplacé l’ALENA par l’USMCA, c’est-à-dire le Mexique et le Canada, un accord qui a très, très bien fonctionné“, rappelle-t-il  en concluant sur ce succès.

“Et surtout, nous avons imposé à la Chine des droits de douane historiques, et conclu un nouvel accord avec la Chine. Mais avant même que l’encre ne soit sèche, le virus chinois nous a frappés, nous et le monde entier.

Nos relations commerciales ont évolué rapidement. Des milliards et des milliards de dollars ont afflué vers les États-Unis, mais le virus nous a obligés à prendre une autre direction.”

Les succès de la politique économique

L’Amérique a surpassé les autres pays sur le plan économique grâce à notre incroyable économie et à l’économie que nous avons produite. Sans les bonnes bases, cela n’aurait pas fonctionné de cette manière.

Nous avons également débloqué nos ressources énergétiques et sommes devenus le premier producteur mondial de pétrole et de gaz naturel, et de loin. Grâce à ces politiques, nous avons bâti la plus grande économie de l’histoire du monde. Nous avons relancé la création d’emplois aux États-Unis et atteint un taux de chômage historiques bas pour les Afro-Américains, les Hispano-Américains, les Américains d’origine asiatique, les femmes, presque tout le monde. Les revenus ont grimpé en flèche, les salaires ont explosé. Le rêve américain a été restauré et des millions de personnes ont pu sortir de la pauvreté en quelques années seulement“, résume le Président, avant d’ajouter: “Ce fut un miracle.”

Grâce à ces “bonnes bases”, l’économie ne s’est pas effondré lors de la pandémie. Donald Trump en donne en suite toute une liste d’exemples.

La justice

Trump passe ensuite à un autre aspect primordial de la vie du pays, la justice. Il rappelle brièvement ses nominations à la Cour suprême et aux autres tribunaux, qui ont permis de grignoter un petit peu l’hégémonie idéologique de la gauche.

Nous avons confirmé trois nouveaux juges de la Cour suprême des États-Unis. Nous avons nommé près de 300 juges fédéraux pour interpréter notre Constitution telle qu’elle est écrite.

Contre l’immigration sauvage

Pendant des années, le peuple américain a plaidé auprès de Washington pour que les frontières du pays soient enfin sécurisées. Je suis heureux de dire que nous avons répondu à cette demande et que nous avons obtenu la frontière la plus sûre de l’histoire des États-Unis.

Nous avons donné à nos courageux et héroïques agents frontaliers les outils dont ils ont besoin pour faire leur travail mieux que jamais auparavant et pour faire respecter nos lois et assurer la sécurité de l’Amérique.

Trump n’a pas pu ne pas mentionner sa grande réussite, même si ce cette réalisation n’est pas encore achevée. “Nous sommes fiers de laisser à la prochaine administration les mesures de sécurité frontalière les plus fortes et les plus solides jamais mises en place. Cela inclut des accords historiques avec le Mexique, le Guatemala, le Honduras et le Salvador, ainsi que plus de 725 kilomètres de nouveau mur.

La force et la paix

Donald Trump passe à ses succès à l’étranger. “Nous avons restauré la force américaine sur le plan intérieur et le leadership américain à l’étranger. Le monde nous respecte à nouveau.

Nous avons entièrement reconstruit l’armée américaine, avec des éléments provenant entièrement des États-Unis. Nous avons lancé la première nouvelle branche des forces armées américaines en 75 ans, la Space Force.

La force est un outil de la paix: “Nous revitalisons nos alliances et avons rallié les nations du monde entier pour tenir tête à la Chine comme jamais auparavant.

Pour énumérer ses succès diplomatiques, Donald Trump enchaîne: “Nous avons anéanti le califat“, “nous avons tenu tête au régime iranien“, “nous reconnaissons Jérusalem comme la capitale d’Israël“, “nous avons conclu une série d’accords de paix historiques au Moyen-Orient.

Je suis particulièrement fier d’être le premier Président depuis des décennies qui n’a pas déclenché de nouvelles guerres“, ajoute-t-il, “nous ramenons nos soldats à la maison“.

La vision de la nation et du gouvernement

Donald Trump parle ensuite de sa vision politique, de ses convictions qui sont la base de toute action. “Nous avons surtout réaffirmé l’idée sacrée qu’en Amérique, le gouvernement répond au peuple. Notre guide, notre étoile polaire, notre conviction inébranlable est que nous sommes ici pour servir les nobles citoyens américains.

Notre allégeance ne va pas aux sociétés d’intérêts particuliers ou aux entités mondiales, mais à nos enfants, à nos citoyens et à notre nation elle-même. En tant que Président, ma priorité absolue, ma préoccupation constante a toujours été l’intérêt supérieur des travailleurs américains et des familles américaines.

Nous avons rétabli l’idée qu’en Amérique, personne n’est oublié parce que chaque citoyen a droit à une dignité égale, à un traitement égal et à des droits égaux parce que nous sommes tous rendus égaux par Dieu.

Pour le bien commun

Donald Trump présente son bilan non seulement d’un bon gestionnaire, mais d’un princeps, un souverain qui œuvre pour le bien commun du pays et de la nation. “Nous nous sommes battus pour construire un pays dans lequel chaque citoyen pourra trouver un bon emploi et subvenir aux besoins de sa famille, où chaque Américain sera en sécurité et des écoles où chaque enfant a la possibilité d’ apprendre.

“Nous avons promu une culture dans laquelle nos lois doivent être respectées, nos héros honorés, notre histoire préservée et les citoyens respectueux dont le rayonnement ne doit jamais être considéré comme acquis. Les Américains devraient se réjouir de tout ce que nous avons accompli ensemble. C’est incroyable.

Héritage trumpien

Pour terminer son discours, Trump lance une sorte de réflexion politique. “L’Amérique est constamment confrontée à des menaces et des défis venant de l’étranger. Mais le plus grand danger auquel nous sommes confrontés est une perte de confiance en nous-mêmes, une perte de confiance dans notre grandeur nationale“, dit-il.

Une nation n’est forte que dans la mesure où son esprit l’est. Notre dynamisme est fonction de notre fierté. Nous sommes forts seulement si la foi qui bat dans le cœur de notre peuple est forte“, affirme le président américain, mais on a l’impression qu’il énonce une vérité universelle.

À l’écouter, on a l’impression que son discours pourrait s’adresser à la France et aux Français. “Aucune nation ne peut prospérer longtemps si elle perd la foi en ses propres valeurs, son histoire et ses héros, car ce sont les sources mêmes de notre unité et de notre vitalité.” Bon sang! Mais c’est de la France qu’il parle, non?

Message universel, y compris pour la France

Ce qui a toujours permis à l’Amérique de l’emporter et de triompher des grands défis du passé, c’est une conviction inébranlable et sans faille dans la noblesse de notre pays et dans son rôle unique dans l’histoire“, dit-il et son message claque comme un drapeau. “Nous ne devons jamais perdre cette conviction.”

La clé de la grandeur nationale réside dans le maintien et la transmission de notre identité nationale commune. Cela signifie qu’il faut se concentrer sur ce que nous avons en commun, l’héritage que nous partageons tous.” Encore une leçon à tirer, chers compatriotes français.

La liberté d’expression

Pour illustrer cette identité, Donald Trump donne un exemple d’actualité: “Au centre de cet héritage se trouve une croyance solide dans la liberté d’expression, la liberté de parole et le débat ouvert. Ce n’est que si nous oublions qui nous sommes et comment nous sommes arrivés ici que nous pourrons un jour permettre la censure politique et l’établissement de listes noires en Amérique. Ce n’est même pas pensable. Mettre fin à un débat libre et ouvert est une violation de nos valeurs fondamentales et de nos traditions les plus durables.”

La censure, telle que veulent l’imposer la gauche et les réseaux sociaux, ce n’est pas seulement un crime contre la vérité, mais aussi contre l’identité. “L’Amérique n’est pas une nation timide d’âmes apprivoisées qui ont besoin d’être abritées et protégées de ceux avec qui nous sommes en désaccord.

Puisons dans le discours de Trump et appliquons ce qui est applicable en France: la foi en notre nation, notre histoire et notre identité, un gouvernement qui sert le peuple et le pays, sans être inféodé aux puissance occultes, la fierté inébranlable.

Source: YouTube

Thank you, Mister President. Merci, Donald.

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici