Dans les Deux-Sèvres, un homme retrouvé mort poignardé à son domicile

Image d'illustration / Photo: iStock
Image d'illustration / Photo: iStock

Dimanche dernier, le corps sans vie d’un homme de 37 ans a été découvert, par un voisin, dans son appartement de Parthenay. La victime, un homme vivant seul mais père d’un jeune enfant, présentait des plaies par arme blanche. Une autopsie a eu lieu hier et une enquête de gendarmerie est en cours.

Dimanche 17 janvier, vers 14h30, un habitant d’une résidence située rue Clément-Ader, à Parthenay dans les Deux-Sèvres, a fait une bien macabre découverte en allant rendre visite à l’un de ses voisins.

En effet, alors que l’homme arrivait devant le logement, il a aperçu le corps gisant de son voisin, un homme de 37 ans vivant seul, par la porte restée entrouverte. L’homme a immédiatement appelé les pompiers.

Une fois sur place, les secours, constatant de nombreuses traces de sang dans le logement et des plaies par arme blanche sur le corps de la victime décédée, ont alerté la gendarmerie qui s’est déplacée sur les lieux.

Une enquête criminelle a ensuite été ouverte par le parquet de Niort et ce sont les militaires de la section de recherches de la gendarmerie de Poitiers qui mènent les investigations pour tenter d’élucider ce qui semble être un bien mystérieux homicide.

Les différents voisins interrogés par les enquêteurs se sont déclarés très surpris par ce crime, l’homme n’ayant pas d’ennemis connus. Aucun n’a entendu dernièrement de bruit suspect en provenance de l’appartement de la victime.

Ce trentenaire est décrit par ses connaissances comme un homme sans histoires mais tombé dans l’alcool et les mauvaises fréquentations depuis une rupture affective. La victime, père d’un jeune enfant, essayait de récupérer ce fils dont il n’avait pas la garde.

Une autopsie du corps a eu lieu hier après-midi mais on en connait pas encore ses conclusions, notamment quant à l’heure et des causes précises de la mort. A priori, les enquêteurs n’ont pas encore de suspect dans cette affaire.

Source: Ouest-France/ France 3 Nouvelle Aquitaine/ France Bleu

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici