À Montpellier, un Afghan récidiviste agresse sexuellement une fillette de 12 ans alors qu’il est sous contrôle judiciaire!

Image d'illustration/Fotolia
Image d'illustration/Fotolia

Vendredi dernier, le parquet de Montpellier a mis en examen un Afghan de 32 ans pour l’agression sexuelle d’une fillette de 12 ans, commise en septembre dernier alors que le pervers était sous contrôle judiciaire après avoir été condamné à six ans de prison pour des faits similaires.

Les faits se sont produits au mois de septembre 2020. Ce jour-là, une fillette de 12 ans circulait en tramway dans l’agglomération de Montpellier quand elle a été approchée par un trentenaire, visiblement étranger, qui s’est mis à l’importuner.

Alors que la toute jeune fille changeait plusieurs fois de place dans la rame pour échapper au prédateur, celui-ci la suivait systématiquement et a fini par la coincer. Il s’est alors livré à une série d’attouchements à caractère sexuel sur l’enfant, au milieu des passagers.

Arrivé à une station, l’homme a finalement abandonné sa proie et est descendu du tramway. Fortement choquée, la jeune fille est rentrée chez elle et a alerté son père avec qui elle s’est rendue au commissariat central pour porter plainte.

Le parquet de Montpellier a alors ouvert une enquête qui a connu une avancée quelques semaines plus tard. En effet, quelque temps après les faits, la fillette a de de nouveau croisé son agresseur qu’elle a pu prendre discrètement en photo.

Muni de ce cliché, la jeune victime et son père sont retournés au commissariat pour la fournir aux enquêteurs qui ont pu se faire une idée plus précise du profil du pervers. Mais c’est finalement le père de l’enfant qui a apporté un concours décisif à la justice.

Début janvier, la fillette et le père ont croisé un homme dans le tramway que l’enfant a désigné comme son agresseur et que le père a également reconnu. L’homme a alors pris le suspect en filature à pied dans les rues de Montpellier.

C’est finalement à l’hôtel de police que l’agresseur a pénétré avant de ressortir quelques instants plus tard. Le père s’est alors précipité à l’accueil pour prévenir un policier qu’il s’agissait de l’agresseur de sa fille.

Les fonctionnaires sont tombés des nues. L’homme en question, est un “réfugié” afghan de 32 ans, déjà condamné, pour agression sexuelle sur mineur, à six ans de détention. Il venait pointer une fois par semaine au commissariat dans le cadre d’un contrôle judiciaire mis en place un an plus tôt, à sa sortie de prison!

Une surveillance a alors été organisée et le suspect a été suivi par des enquêteurs qui se sont aperçus que l’homme rôdait fréquemment dans les transport en commun et semblait être attiré par les enfants.

Il a finalement été “logé” dans une maison où il était en colocation avec plusieurs autres “migrants” afghans. C’est là qu’il a été interpellé, mercredi 13 janvier, et placé en garde à vue ; il a, bien évidement, nié les faits.

Formellement reconnu par sa victime et enfoncé par les témoignages de ses colocataires qui ont confirmé son attirance pour les enfants, le suspect a été déféré vendredi 15 janvier au parquet de Montpellier qui l’a mis en examen. L’homme a été placé en détention en attendant un jugement en comparution immédiate.

Source: Métropolitain

2 Commentaires

  1. Une fillette de 12 ans ? Ce doit être un Afghan socialiste. Pour mémoire, les ballets roses sous la IVème, le fondateur de Terra Nova, Christophe Béjach, le grand donneur de leçons, Olivier Duhamel, la plupart des 100 enseignants virés par Najat Vallaut-Belkacem entre 2012 et 2017 pour avoir fait suivre les cours d’éducation sexuelle, de travaux pratiques, l’intelligentsia de gôôôche, qui a fait bloc autour de Polanski lors de ses problèmes avec la justice américaine, pour son goût des adolescentes de 13 ans, la profonde amitié de Girard de la mairie de Paris avec Gabriel Matzneff, sans oublier l’excellent Jack lang, qui déclarait au Gay Pied, la sexualité puérile est un continent encore interdit, aux découvreurs de XXIème siècle d’en aborder les rivages. Je ne pense pas qu’il ait lui-même pratiqué les vertes amours, mais cela démontre une sympathie certaine pour ceux qu’excitent les culottes “Petit-Bateau”

  2. Je note qu’un étranger clandestin est condamné par la justice pour agressions sexuelles sur mineures mais n’est pas expulsé après avoir purgé que 6 ans de prison. Merci Rachida Dati d’avoir réformé si radicalement la double peine (prison et expulsion) rendant impossible toutes expulsions. Merci Les Républicains d’avoir trahi le “Non” à la constitution de l’UE (Traite de Lisbonne)lors du référendum national, en abandonnant du coup notre souveraineté juridique à des inconnus de la CEDH et autres instances étrangères.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici