Le djihad en Afrique progresse: l’Etat islamique prend d’assaut une base de l’armée au Nigeria

Les djihadistes de l'ISWAP / Photo: DR
Les djihadistes de l'ISWAP / Photo: DR

Les troupes gouvernementales et des centaines d’habitants ont été forcés de fuir après qu’un groupe armé attaché à l’Etat islamique ait envahi une ville et pris d’assaut une base de l’armée nigériane dans l’État de Borno, au nord-est du Nigeria, lors d’une attaque revendiquée par les djihadistes.

Des combattants armés de mitrailleuses de l’Etat islamique de la province d’Afrique de l’Ouest (ISWAP) ont attaqué la base dans la ville de Marte, dans la région du lac Tchad, dans la nuit de vendredi à samedi.

Nous avons pris un coup des terroristes de l’ISWAP. Ils ont fait un raid sur la base de Marte après une bataille féroce“, a affirmé une source militaire. “La priorité est maintenant de récupérer la base des mains des terroristes et une opération est en cours.

Une autre source a déclaré que l’armée avait “subi des pertes” mais qu’on ne sait pas encore combien de personnes étaient mortes.

Un communiqué de l’armée a déclaré que les troupes “se sont tactiquement retirées” pour se défendre contre une attaque à l’extérieur de Marte, un terme neutre pour une débandade en pagaille devant les milices djihadistes.

L’Etat islmaique a ensuite publié une déclaration sur sa chaîne d’information Amaq sur Telegram, revendiquant la responsabilité de l’attaque.

Sans donner plus de détails, Amaq a déclaré que sept personnes avaient été tuées, et une capturée, et que ses combattants avaient saisi des armes, des munitions et six 4×4. Ils ont aussi mis le feu aux bâtiments de la base militaire.

Selon les sources indépendantes, la ville de Marte est restée sous le contrôle du groupe djihadiste samedi.

Cette attaque souligne la précarité de la situation dans le nord-est du Nigeria et les difficultés auxquelles le gouvernement est confronté dans ses tentatives de faire face aux djihadistes.

L’ISWAP, qui s’est séparé de Boko Haram en 2016, maintient des camps sur des îles du lac Tchad, à l’intersection des frontières du Nigeria, du Niger, du Cameroun et du Tchad.

Au moins 36 000 personnes ont été tuées dans le conflit armé depuis 2009 et la violence s’est étendue aux pays voisins, le Niger, le Tchad et le Cameroun, ce qui a entraîné la formation d’une coalition militaire régionale dirigé contre les djihadistes.

Source: Al-Jazeera

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici