Accueil Décryptage Le confinement nous tue! Un psychiatre dénonce “une déstabilisation complète de tous...

Le confinement nous tue! Un psychiatre dénonce “une déstabilisation complète de tous les troubles psychiatriques”

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Il y a une urgence absolue à prendre en compte la dimension psychologique de la crise actuelle!” C’est le cri d’alarme lancé lors d’une interview donnée à Marianne par le docteur Patrice Schoendorff, psychiatre aux hospices civils de Lyon et en détachement à l’hôpital de Thonon-les-Bains, en Haute-Savoie.

Selon ses dires, la dimension psychiatrique n’est jamais mise en avant et semble très insuffisamment prise en compte. Il est vrai qu’il n’y a pas de psychiatre au sein du fameux “Conseil scientifique” qui sert de caution à la Macronie…

Dans le secteur de Thonon-les-Bains, tous les indicateurs sont au rouge. En 2020, le docteur Schoendorff note une augmentation de 12% des consultations psychiatriques extra-hospitalières et à l’hôpital de Thonon, 30 hospitalisations en décembre et novembre… Les deux unités de 20 lits sont totalement saturées. Du jamais vu!

Je discute avec des collègues psychiatres du reste de la France, c’est partout pareil“, explique le psychiatre. “Il est bien normal que la pandémie et le virus génèrent des peurs et des angoisses. Mais je constate que ce sont aussi les mesures prises par le gouvernement qui génèrent à leur tour peurs et angoisses!

Le premier confinement de mars dernier s’est relativement bien passé. Il était alors plus facile de comprendre pourquoi des mesures étaient prises pour stopper la propagation“, continue-t-il, “Mais le deuxième confinement est bien plus mal compris et bien plus mal vécu. Je sens mes patients beaucoup plus angoissés. Ils ont du mal à comprendre le couvre-feu de 18h par exemple et tous les changements qui interviennent, un jour 20h, un jour 18h, sans que l’on sache trop pourquoi“.

Sans parler des discours successifs du gouvernement sur les vaccins qui, d’après lui, contribuent à angoisser davantage les Français. “Or, le gouvernement ne semble pas tenir compte de ces difficultés d’ordre psychologique. Le discours n’est qu’un discours épidémiologique sur la vitesse de propagation du virus… Rien ou presque sur la dimension psy“, déplore-t-il.

Et il ne s’agit pas que de “dépressions”, on assiste à une déstabilisation complète de tous les troubles psychiatriques: phénomènes de décompensation de troubles de l’humeur, décompensations chez des personnes jusque-là stabilisées pour des troubles bipolaires, recrudescence des passages à l’acte, y compris violents, troubles du comportement sur la voie publique..

En outre, même si le chiffre reste confidentiel, le docteur Schoendorff confie que le nombre de suicides sur la région lyonnaise est en très forte augmentation. La situation est très préoccupante.

Et ce sont bien les mesures gouvernementales qui entraînent ces effets. “La distanciation sociale, en soit, est une hérésie. L’être humain ne peut s’épanouir qu’au contact de l’autre. En organisant une distanciation sociale, aussi froidement que ce qui est fait, on court le risque d’une dislocation sociale“, détaille le psychiatre.

Les privations de libertés qui nous sont infligées ont aussi leur part dans cet emballement: “J’ai lu aussi que pour décider du couvre-feu à 18h, le CNRS avait réalisé un modèle scientifique pour aboutir à une limitation maximale des interactions. Mais d’un point de vue psychiatrique, cela aussi c’est une abomination“, se désole-t-il.

Le docteur Schoendorff se dit “choqué que personne au sein du Conseil scientifique ne porte cette dimension, en tout cas que le discours du gouvernement soit si creux, si sec, si froid“.

À ses yeux, “On va vers une casse psychologique et psychiatrique, très très importante. Il y aura un avant et un après. Les gens sont traumatisés. À tous les niveaux“.

Source: Marianne

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici