Le compagnon de la préfète Fadela Benrabia interpellé ivre et drogué après une course-poursuite avec la police

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

L’information a mis du temps à sortir: selon des sources concordantes, un homme a été interpellé par la police le 17 novembre après un accident de la circulation survenu dans les Hauts-de-Seine, suivi d’une course-poursuite avec les policiers… qui ont eu deux grosses surprises.

Première surprise: l’homme en question était lui-même un policier. Et mieux encore: un policier de la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure), un service de renseignement, basé dans les Hauts-de-Seine.

Deuxième surprise: ce policier circulait au volant d’un véhicule appartenant à la préfecture d’Eure-et-Loir et se trouve être le “compagnon” de l’actuelle préfète d’Eure-et-Loir, Fadela Benrabia.

Selon des sources policières, le véhicule a d’abord été impliqué dans un accident de la circulation survenu à Neuilly-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine, ayant fait des blessés. Le policier aurait ensuite pris la fuite à travers  les communes de Courbevoie, Nanterre et Puteaux, avant d’être arrêté à Rueil-Malmaison.

Je suis profondément désolée de cette affaire qui s’est déroulée dans un contexte privé. Cette histoire m’a profondément meurtrie“, a déclaré Fadela Benrabia, promettant que “les frais liés aux dégâts matériels seront complètement pris à ma charge pour que la préfecture et l’État ne perdent rien“.

Quant à mon compagnon, les procédures suivent leur cours et j’entends respecter cela“, a-t-elle ajouté. Ledit compagnon a été interpellé, placé en garde à vue, puis présenté à un juge du tribunal de Nanterre.

L’homme conduisait sous l’emprise de l’alcool et est également poursuivi pour “conduite en ayant fait l’usage de stupéfiants, mise en danger par violation manifestement délibérée, et défaut de maîtrise“, selon le parquet de Nanterre.

Le 6 janvier dernier, le Conseil des ministres a acté le départ de la préfète de l’Eure-et-Loir, et la nomination de Françoise Souliman dans le département. “C’est pour des raisons personnelles que je quitte le département et que j’ai demandé au ministre de m’entendre sur le sujet et j’ai été particulièrement entendue“, avait alors déclaré Fadela Benrabia.

Et ça n’a effectivement pas l’air d’une sanction: elle avait déjà été nommée préfète d’Eure-et-Loir, le 30 octobre 2019, soit deux semaines avant les exploits de son compagnon. Les sanctions, ce n’est pas pour eux, c’est pour nous.

Source: L’Écho Républicain

2 Commentaires

  1. Cela me parait un peu facile. Elle assume et elle paie, etc. Mais la question se pose du niveau et de l’esprit civique des personnes nommées dans les fonctions de l’Etat et de la fonction publique.
    Manifestement son mec n’aurait jamais dû devenir policier, surtout dans un service important.

  2. Ce qui aurait été bien c’est d’avoir l’identité du compagnon. Je ne défends pas ce Préfet mais lorsque l’on évoque l’affaire sur Google ce n’est que son nom à elle qui ressort. Elle n’est que très peu responsable dans cette affaire et pourtant son nom est jeté en pâture et par celui de son compagnon. Ancien Policier j’espère que l’intéressé a été suspendu sur le champ et qu’il sera viré. Sans doute encore un gaulois. Stup et alcool à 45 ans bel exemple. Quant à ce préfet j’ai consulté son CV que de la Daube animatrice en Ile de France (Montreuil, Sarcelles etc…) et puis chargée de mission pour l’égalité des chances pour ceci pour cela enfin que du vent. J’aurais aime finir Préfet avec mon niveau d’études. Mais je ne suis pas issu de la diversité. A cette belle diversité, ce matin on apprend qu’une faux médecin faisait payer 70 euros des tests Covid et escroquait des patients, cette femme a un prnimp bien de chez nous Ibsaben. La diversité est à mettre à la porte du pays.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici