Ils empilent les cercueils! En Allemagne, les fours crématoires saturés par le nombre de cadavres à brûler

Image d'illustration / Photo: MDR
Image d'illustration / Photo: MDR

Les employés d’un crématorium allemand empilent des cercueils les uns sur les autres alors que le pays est confronté à une nouvelle vague de décès due au Coronavirus au cours d’une deuxième vague de la pandémie.

Le crématorium de la ville de Meissen, dans l’est de la Saxe, a commencé à en ressentir les effets en novembre, lorsque les décès liés au Coronavirus ont commencé à augmenter à un rythme inattendu, selon le directeur du crématorium, Jörg Schaldach.

Nous avons beaucoup de cas de Coronavirus en ce moment, ce qui est évidemment très inhabituel“, a-t-il déclaré.

Nous avons deux fois plus de décès qu’auparavant. Bien sûr, les gens meurent aussi d’autres causes telles que l’insuffisance cardiaque et l’insuffisance circulatoire, mais le chiffre de ceux qui meurent du Coronavirus est beaucoup plus important avec une augmentation de 100%. En fait, le taux de mortalité a doublé“.

Le crématorium compte une douzaine d’employés, qui travaillent généralement en deux équipes, du lundi au vendredi. Maintenant, les employés sont obligés de faire des heures supplémentaires, a déclaré Jörg Schaldach.

Nous travaillons 24 heures sur 24, du lundi au dimanche“, a-t-il déclaré. “De cette façon, nous sommes en mesure de nous occuper des morts et de les incinérer le plus rapidement possible.”

Les gens ne sont plus autorisés à rendre visite à leurs proches à l’hôpital, “et vous ne pouvez plus leur tenir la main lorsqu’ils meurent“, a-t-il déclaré.

Tout ce que vous recevez, c’est un appel: ‘Décédé’‘, a-t-il ajouté. “Un adieu au cercueil n’est pas possible. Tout ce que vous obtenez, c’est une urne. C’est le problème auquel les proches sont confrontés, ils doivent faire face à leur chagrin. C’est un processus très, très difficile pour les gens d’envoyer un être cher et de le ramener dans une urne“.

Au total, l’Allemagne a connu plus de deux millions de cas de coronavirus et 45 000 décès depuis le début de la pandémie, selon les données de l’université Johns Hopkins, mais la Saxe a été relativement épargné lors de la première vague. Il n’y a eu pratiquement aucun cas de coronavirus entre mars dernier et l’été, et les gens s’y étaient habitués…

Source: DPA

2 Commentaires

  1. Désolé mais… nécessite de l’humour noir :
    Comment se fait-il qu’avec toute l’avancée technologique, les allemands aient plus de mal pour bruler des cadavres qu’il y a 80 ans ?
    Nous aurait-on menti sur l’Histoire ?

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici