En Grèce, des viols d’enfants en série: des immigrés pakistanais impliqués

Image d'illustration / Photo: Pixabay
Image d'illustration / Photo: Pixabay

La police grecque a arrêté un Pakistanais de 20 ans qui a tenté de violer une fillette de cinq ans après avoir détourné l’enfant de sa mère.

L’incident s’est produit dans la région de Koropi, près d’Athènes, le week-end dernier. L’homme de 20 ans aurait attiré la jeune fille de cinq ans et aurait tenté de la soustraire à la surveillance de sa mère.

L’enfant a échappé à l’immigré pakistanais, employé d’un club équestre local, et a décrit ce qui était arrivé à sa mère qui a rapidement appelé la police qui a ensuite interpellé le Pakistanais.

Les enquêteurs disent qu’ils cherchent à savoir si l’immigré a pu ou non tenter des agressions sexuelles similaires dans le passé.

L’affaire survient quelques semaines seulement après le viol présumé d’un enfant de trois ans au camp de “migrants” de Kara Tepe, sur l’île de Lesbos. Le jeune enfant afghan, retrouvé inconscient et saignant, a ensuite été transporté dans un hôpital de Mytilène.

Quelques jours avant l’incident de Kara Tepe, un autre immigré pakistanais a été accusé d’avoir violé un garçon de huit ans sur l’île de Kos après avoir entraîné l’enfant dans un champ près d’un centre d’accueil pour immigrés. Le Pakistanais de 20 ans avait menacé de tuer l’enfant avant de le violer.

À Athènes, un autre Pakistanais, un trafiquant de drogue local, a été arrêté après avoir drogué, menacé, agressé sexuellement et violé des filles mineures dans son appartement.

Les deux filles, âgées de 16 et 17 ans, ont fini par s’échapper et sont allées chercher de l’aide auprès de la police alors que leur agresseur les poursuivait. Les policiers ont pu arrêter le Pakistanais à moitié nu. Lors d’une perquisition de l’appartement, les enquêteurs ont trouvé de grandes quantités de drogues, dont la drogue du viol, Rohypnol.

1 COMMENTAIRE

  1. Pas compliqué, on applique ce que prévoit la charia dans un cas de viol. On nous parle du respect de la culture de nos chers “hôtes”, eh bien leur appliquer la charia en fonction du délit commis, c’est le respect absolu.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici