Comment tuer la liberté sur le net? Le patron de Parler explique les agissements diaboliques des GAFA

John Matze / Photo: Capture d'écran YouTube
John Matze / Photo: Capture d'écran YouTube

Le PDG de Parler, John Matze, a fustigé les tentatives de faire taire son réseau social libre, les qualifiant de “malsaines” et de “diaboliques” alors que Parler fait tout son possible pour se remettre en ligne après avoir été saboté par une action conjointe de Google, Amazon, Facebook, Apple et Twitter.

Dans une interview accordée à Fox News, John Matze a fustigé la petite bande des milliardaires de la Silicon Valley qui ont appelé à tuer son réseau social respectueux de la liberté d’expression, affirmant que les combines de la Big Tech contre Parler ces derniers jours allaient à l’encontre de l’esprit de la Constitution américaine.

Je pense que c’est malsain“, a-t-il déclaré. “Ce n’est pas ce que dit la Constitution. Ce n’est pas ce que la Constitution représente, le fait d’interdir à plus de 10 millions d’électeurs américains d’accéder à Internet, en empêchant les gens de s’exprimer librement.”

En effet, plus de 10 millions d’utilisateurs de Parler, qui y avaient afflué en masse après des acte de censure répétés de la part de Twitter et Facebook, ont vu leur site et leurs comptes disparaître du jour au lendemain depuis qu’Amazon Web Services a coupé brutalement les serveurs lundi dernier.

Apple et Google ont également retiré Parler de leurs boutiques d’applications respectives la semaine dernière en prétextant l’absence de modération.

Dans l’interview à la Fox, John Matze a affirmé que la Big Tech a baissé la culotte devant des politiciens progressistes tels que la député démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, qui a accusé Parler de ne pas modérer le contenu violent de Parler après les émeutes du Capitole la semaine dernière..

Franchement, je dirais que c’est le mal, parce que ma définition du mal est d’imposer sa volonté aux autres“, a dit John Matze à Fox. “Si ce que j’ai à dire ne vous plaît pas, vous pouvez être en désaccord avec moi, mais vous ne pouvez pas prendre des mesures vindicatives contre moi sans être méchant“.

Parler a intenté un procès lundi, accusant Amazon Web Services de rupture de contrat et de violation d’une loi antitrust, après que la propriété se l’homme le plus riche du monde a cessé unilatéralement d’héberger le site Parler.

Source: Fox News

Vous voulez de l’info libre? Voici comment profiter de FL24

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici