Khairi Saadallah, le tueur islamiste du parc à Reading, condamné à vie. Mais vraiment à vie, promis

Khairi Saadallah / Photo: CTPSE
Khairi Saadallah / Photo: CTPSE

Khairi Saadallah, un demandeur d’asile terroriste qui a “exécuté” trois hommes avec un couteau et en a blessé trois autres dans un parc public à Reading, en Angleterre, a été condamné à perpétuité, sans possibilité de libération anticipée C’est rare.

Khairi Saadallah – qui, selon la BBC, était connu des services de renseignement britanniques mais avait échappé à l’expulsion – a été condamné lundi à une rare peine de prison à vie pour l’attentat “impitoyable et brutal” de Reading en juin dernier.

Au Royaume-Uni, les tueurs, prédateurs sexuels ou voleurs à main armée sont parfois condamnés à des peines “à perpétuité” mais le nom est trompeur, car très peu d’entre eux sont en fait obligés de passer le reste de leur vie en prison.

En effet, le temps moyen passé derrière les barreaux pour une condamnation “à vie” pour meurtre n’est que de 16,6 ans. Il s’agit d’une moyenne car certains meurtriers ont été libérés en à peine 3,6 ans ces derniers temps. Peine “à vie” signifie simplement “à vie en liberté conditionnelle” pour la grande majorité des condamnés.

Il n’en va pas de même pour Khairi Saadallah, l’immigré libyen qui a été condamné pour une série d’attentats terroristes à l’arme blanche en 2020, et qui fait partie des quelques dizaines de tueurs du système britannique à recevoir une condamnation dite “à vie entière”.

Il avait crié “Allahu Akbar” et “Dieu, accepte mon djihad” en arabe, alors qu’il massacrait James Furlong, 36 ans, David Wails, 49 ans, et Joseph Ritchie-Bennett, 39 ans, dans les jardins de Forbury, à Reading, en l’espace de trente secondes, en leur assénant un seul coup de couteau puissant à l’arrière de la tête. Il a également tenté de tuer trois autres hommes, leur infligeant de graves blessures.

Son agression contre eux a été si rapide, impitoyable et brutale qu’aucun d’entre eux n’a eu la chance de réagir, et encore moins de se défendre“, a déclaré le juge Nigel Sweeney de la Cour pénale centrale de Londres.

Il s’agit d’un “cas rare et exceptionnel dans lequel un juste châtiment exige que vous soyez maintenu en prison pour le reste de votre vie”, a-t-il estimé.

L’affaire a secoué la Grande Bretagne car le djihadiste était à peine sorti de prison où il avait purgé la peine pour des infractions terroristes antérieures, et qu’il était en contact avec un agent de probation. Il a reçu la visite de la police juste la veille.

Le tueur est venu au Royaume-Uni en 2012, et était fiché par le services de renseignements MI5, en tant que membre de la milice libyenne islamiste Ansar Al-Sharia et ayant également exprimé son intention de se rendre en Syrie.

Khairi Saadallah a purgé en tout quatre peines de prison et a été condamné à sept reprises pour 19 délits, avant l’attentat.

En une occasion, lors de son arrestation, il a traité une fonctionnaire de police d'”esclave” et lui a craché au visage.

Un voisin de cellule a déclaré qu’avant le massacre, Khairi Saadallah avait ouvertement discuté du “djihad” et avait dit qu’il voulait “violer la Grande-Bretagne”.

Malgré son histoire alarmante et les nombreuses raison pour l’expulser, il a été autorisé à rester au Royaume-Uni avant de commettre l’attentat.

Source: Daily Mail/ BBC/ AP

Ils se baladent en liberté! Une cinquantaine de terroristes musulmans étrangers libérés, mais pas expulsés

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici