Enfin! Tout comprendre sur la perversité antiraciste

La statue de Jen Reid, l'esclavagiste de Black Lives Matter qui remplace la statue de l'esclavagiste Edward Coston à Bristol/DR
La statue de Jen Reid, l'esclavagiste de Black Lives Matter qui remplace la statue de l'esclavagiste Edward Coston à Bristol/DR

L’antiracisme est un racisme réel qui prend pour cible les racistes imaginaires. Mais comment ça marche?

Pierre-André Taguieff, politologue et sociologue, nous explique le fonctionnement de cette idéologie visqueuse, perverse, hautement toxique et atrocement encombrante.

“La “pensée décoloniale”, somme de pseudo-concepts, de clichés, de formules creuses et de cuistreries, repose sur neuf piliers:

1° tout est « construction sociale »,

2° tout doit être déconstruit

3° tout doit être décolonisé,

4° toutes les “sociétés blanches” sont racistes et tous les “Blancs” bénéficient du “privilège blanc”,

5° le racisme, qui est “systémique”, est l’héritage de la traite atlantique, du colonialisme, du capitalisme et de l’impérialisme du monde dit occidental ou “blanc” (il s’ensuit que, par définition, le “racisme anti-Blancs” ne peut exister),

6° “l’hégémonie blanche” va de pair avec l’”hétéro-patriarcat”,

7° tout nationalisme, y compris le patriotisme républicain à la française, est porteur de racisme, donc de “discriminations systémiques”,

8° le sionisme, outre le fait qu’il est un colonialisme et un impérialisme, est une forme de racisme et de discrimination raciale, et Israël est un “État d’apartheid”,

9° l’ “antiracisme politique” consiste avant tout à “lutter contre l’islamophobie”.”

Mais quelles en sont les conséquences dans l’immédiat? Taguieff décrit ce qu’est devenu le monde universitaire. “Certains secteurs de l’enseignement universitaire sont devenus, depuis le milieu des années 2000, des laboratoires du décolonialisme et du pseudo-antiracisme racialiste. C’est une aubaine pour les jeunes carriéristes et les opportunistes en quête de postes.”

La guerre civile idéologique commence. “Les départements de sciences sociales (surtout en sociologie et en science politique) sont particulièrement touchés par la propagande décoloniale, qui se traduit de plus en plus par une intolérance militante et des chasses aux sorcières lancées en connivence avec des groupes néo-féministes misandres au nom de l’”intersectionnalité”.”

La chasse à l’homme est lancée. “Les victimes de ces chasses aux hérétiques prennent désormais la figure de « Blancs » criminalisés, principalement des hommes, jugés intrinsèquement racistes, dont on exige la mort sociale. Les enseignants qui objectent sont isolés et harcelés. Pour échapper au terrorisme intellectuel, certains se taisent, pratiquent l’autocensure ou publient sous pseudonyme.”

“Mais ils sont de plus en plus nombreux à résister et à refuser de s’agenouiller devant les tenants, enseignants comme étudiants, du politiquement correct et du scientifiquement correct.” Espérons que Taguieff voit juste, et que cette danse des démons idéologiques va provoquer un retour des jeunes libres, fiers et courageux.

Source: L’Incorrect

1 COMMENTAIRE

  1. Il faut éliminer des universités ces imposteurs que sont les “théoriciens” (en réalité sophistes), ou plutôt théologiens de ces “théories” creuses dites “progressistes” (dénomination elle-même fallacieuse).

    Ils sont nuisibles, dangereux et en réalité obscurantistes, promouvant l’erreur, l’ignorance et la sottise.

    Il faut dénoncer cette entourloupe du “racisme” systémique, un tour de passe-passe négationniste qui a pour seul but d’assigner le racisme aux seuls blancs, et inversement d’assigner les Blancs au racisme, coupables qu’ils le veuillent ou non (pseudo-concept du “privilège blanc”).

    Dans leur malhonnêteté et leur perversité intellectuelles, ces sophistes n’hésitent pas à dénoncer les prétendus “amalgames”, “l’essentialisme”, la “stigmatisation” qui seraient invalides chez ceux qu’ils attaquent car invalides en général, alors qu’eux-mêmes les pratiquent sans vergogne et sans limites. L’amalgame, la stigmatisation, c’est caca, sauf quand c’est eux qui les font.

    En réalité, derrière la figure du “mâle blanc de plus de 50 ans,” ce qu’ils visent, ce qu’ils veulent détruire, c’est juste la civilisation européenne en attaquant ses fondements culturels et sociaux : famille, enseignement, patrimoine artistique, architectural, technologique etc.etc.

    __

    Hitler avait interdit la “science juive” et “l’art juif”. Staline et les communistes la “science bourgeoise” et “l’art bourgeois”.

    Aujourd’hui, les terroristes islamo-gaucho-rindigéno-progressistes veulent interdire “la science de l’Homme Blanc” et “l’art de l’Homme Blanc”.

    Cela seul devrait nous faire reconnaître une entreprise totalitaire nihiliste.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici