Débarquement! Les anciens de Google, Amazon, Facebook, Apple et Twitter à l’assaut de la Maison Blanche

Image d'illustration / Photo: Wikimedia Commons
Image d'illustration / Photo: Wikimedia Commons

La Silicon Valley à l’assaut de la Maison Blanche! De nobreux cadres supérieurs des géants d’Internet, tels que Facebook, Google, Twitter ou Amazon, sont dans les startings blocks pour rejoindre l’administration de Joe Biden, dans un contexte de répression accrue des partisans du président Trump.

Les employés et anciens employés des multinationales de la Silicon Valley arrivent en masse à la Maison Blanche et dans les agences fédérales, embauchés dans l’administration démocrate de Joe Biden.

Ils donneront aux géant du net un accès privilégié aux décideurs, y compris au président, ce qui pourrait mettre en conflit les politiques des grandes entreprises et du gouvernement.

Cette présence en masse pourrait également influencer d’autres aspect de la politique du gouvernement américain, notamment les actions antitrust et l’avenir de la section 230 qui accorde à Twitter ou Facebook le statut de la vache sacrée.

On a trouvé pour vous leurs profils pro, vous n’avez qu’à cliquer sur leurs noms.

L’une des figures les plus puissantes de la Maison Blanche lors de la nouvelle présidence sera sans doute Jessica Hertz, une ancienne avocate de Facebook, qui sera la secrétaire du personnel de Joe Biden à la Maison Blanche et qui contrôlera la correspondance, les règlements et les rendez-vous qui parviendront à son bureau.

Emily Horne, chargée de la liaison entre le Conseil national de sécurité de la Maison Blanche et les médias, a travaillé chez Twitter de 2017 à 2018. Le Conseil national de sécurité dispose d’un personnel important ancré dans les locaux de la Maison Blanche, et influence grandement la politique de l’administration en matière de défense et d’affaires étrangères.

Une flotte d’autres anciens de la Big Tech travaillent pour le bureau de transition de Biden et pourraient bien le suivre en occupant des postes dans l’administration après le 20 janvier.

Mark Schwartz, d’Amazon Web Services, participe à l’examen des nominations au Bureau de la gestion et du budget de la Maison Blanche, qui contrôle la politique de dépenses de l’ensemble de la bureaucratie fédérale.

Deon Scott, responsable du programme mondial de Google, examine les candidatures au ministère de la Sécurité intérieure.

Zaid Zaid, responsable de la réponse stratégique de Facebook, fait partie de l’équipe de sélection de Biden pour les postes du ministère des Affaires étrangères.

Christopher Upperman, avocat général associé de Facebook, travaille à l’administration des petites entreprises.

Rachel Carlson Lieber, directrice de la réponse stratégique de Facebook, sélectionne le personnel des agences d’espionnage.

Tom Sullivan, directeur de la fiscalité internationale chez Amazon, vérifie les nominations au département d’État.

Cynthia Hogan, qui a dirigé le lobbying d’Apple en tant que vice-présidente pour la politique publique et les affaires institutionnelles et gouvernementales, a précédemment participé à la vérification de la sélection du vice-président Joe Biden.

Il ne s’agit que de noms des cadres qui ont fuité. D’autres risquent de rejoindre l’équipe de Biden pour mener à bien la fusion entre le pouvoir politique et le pouvoir du net.

La Silicon Valley arrose copieusement Joe Biden de millions et pas grand-chose pour Trump

1 COMMENTAIRE

  1. Avec l’arrivé de ses personnes directement au contact avec “le président” les GAFAM vont pouvoir l’influencer directement dans toutes ses décisions , que ce soit en ce qui les concerne la politique étrangère , la lutte contre le terrorisme (élimination des opposants au BLM , a la suprématie féminine et compagnies….) , faire imposer leur diktat en matière de pensé au reste du monde …….et surtout éviter de voir leur société démantelé.
    De sombres années arrivent vers ce qui reste du monde libre ; résister passera obligatoirement par un changement d’habitude a commencer par utiliser des logiciels libre sur nos ordinateurs, smartphones…. afin de coupé court a l’espionnage de nos données personnel qui a suffisamment durée , a prendre également nos distance envers un secteur économique qui s’arroge bien des droits au détriment des libertés individuels.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici