Les grandes multinationales menacent d’arrêter de financer les parlementaires anti-Biden

Image d'illustration / Photo: Flickr
Image d'illustration / Photo: Flickr

La chaîne d’hôtels Marriott International a déclaré qu’elle suspendra ses dons politiques aux législateurs qui ont voté pour que l’élection présidentielle américaine ne soit pas certifiée. D’autres multinationales le font également.

Nous avons pris en considération le fait que les événements destructeurs au Capitole ont contribué à miner une élection légitime et équitable, et nous allons mettre en pause les dons politiques de notre Comité d’action politique à ceux qui ont voté contre la certification de l’élection“, a déclaré la porte-parole du Marriott.

Aux États-Unis, un comité d’action politique ou PAC est le nom communément utilisé pour désigner une organisation privée dont le but est d’aider ou, au contraire, de gêner des élus, ainsi que d’encourager ou de dissuader l’adoption de certaines lois ; un lobby légal, en somme.

En clair, le lobby constitué par la société Marriott affirme qu’il ne paiera plus un dollar pour les députés et sénateurs qui ont voté contre la certification de l’élection présidentielle, c’est-à-dire contre ceux qui ont estimé qu’il y a eu fraude ou que Biden n’a pas été élu conformément à la loi.

Je suis conscient que nous avons des associés qui ont des points de vue très différents sur les résultats de cette élection et sur la direction des États-Unis“, a déclaré le directeur général du Marriott, Arne Sorenson, dans une note de service adressée aux employés le 7 janvier. Une manière voilée de dire que la direction de la société s’est déchirée entre les pro-Trump et les anti-Trump.

Nous servons des invités qui ont également un large éventail d’opinions et de visions du monde. Aux États-Unis, nous pouvons utiliser notre voix et notre vote pour partager nos points de vue. Mais ce que nous ne pouvons pas faire, c’est piétiner la Constitution; nous ne pouvons pas utiliser la violence et la terreur pour imposer un programme“.

La plus grande société hôtelière du monde n’est pas la seule à faire des pression sur les parlementaires pro-Trump. Plusieurs autres grandes multinationales, telles les banques Citigroup et JPMorgan Chase, ou encore la société médicale Blue Cross Blue Shield, qui soigne un Américain sur trois, ont également déclaré qu’elles suspendraient ces dons politiques.

Le marché a tout de suite réagi à la menace de Marriott: les actions de la société ont baissé de 0,8% à l’ouverture de la Bourse de New York.

Source: AP

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici