Après avoir banni Trump, Twitter se prend une chute de ses actions à la bourse

Image d'illustration / Photo: Capture d'écran YouTube
Image d'illustration / Photo: Capture d'écran YouTube

La main invisible du marché a administré une bonne grosse claque dans la gueule de Twitter. Son action cotée à la Bourse de Francfort et à New York est en forte baisse après l’annonce de la fermeture du compte du président américain Donald Trump. 

L’action Twitter perd 6,3% vers 10h15 à Francfort. Cotée à New York, le titre cédait autour de 8% dans les tout premiers échanges en préouverture.

Le groupe américain a annoncé avoir décidé de suspendre ce compte @realDonaldTrump, suivi par plus de 88 millions de personnes, en arguant d’un “risque d’une incitation à la violence” .

Après avoir examiné de près les récents tweets du compte @realDonaldTrump et le contexte qui les entoure, nous avons suspendu définitivement le compte en raison du risque de nouvelles incitations à la violence”, a déclaré Twitter dans un communiqué.

Donald Trump, qui avait fait de Twitter son principal canal de communication ces quatre dernières années, est le premier chef d’État à se voir ainsi banni du réseau social, ce qui a entraîné des départs par milliers vers des réseaux sociaux alternatifs.

La chute de l’action peut avoir plusieurs raisons, dont la principale est la chute de confiance de la part des internautes, ce qui entraîne une méfiance des investisseurs. Les internautes qui souhaitent un réseaux social neutre, une plate-forme d’échanges, se retrouvent avec la prédominance d’un courant d’extrême gauche bannissant et censurant à tout va.

La direction du réseau social, qui persécute et harcèle depuis des années Donald Trump en particulier et les internautes de droite en général, a également interdit le compte de la campagne @TeamTrump.

Twitter avait précédemment retiré une vidéo du président qui appelait ses partisans à se disperser pacifiquement et à respecter l’ordre public, que le président a publiée après avoir appris que le Capitole de Washington était en train d’être pris d’assaut. Le lendemain, le président a réitéré sa condamnation de la violence.

Cette décision intervient après que Facebook et Instagram, ainsi que d’autres grandes plateformes technologiques, ont suspendu indéfiniment l’accès du Président, coupant ainsi une ligne de communication essentielle entre Donald Trump et les citoyens de ce pays.

Depuis son lancement, FL24 a fait état de l’augmentation rapide du pouvoir antidémocratique et liberticide des géants de la Silicon Valley et de leur détermination croissante à s’ingérer dans la vie politique de nos patries et à mener une guerre contre les idées qui sortent du politiquement correct.

Des politiciens et des commentateurs de tous les horizons politiques, y compris de gauche, ont averti qu’il s’agissait là d’une menace pour la liberté d’expression et la démocratie.

Source: Bloomberg

1 COMMENTAIRE

  1. Si cela pouvait arrivé a touts les réseaux dit sociaux , avec en prime une perte total et définitive de crédibilité auprès des investisseurs ; nous en serions débarrasser .

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici