Toufik menace de “découper la tête” de son voisin à la hachette

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Depuis l’assassinat de Samuel Paty, la menace de décapitation est à la mode chez les racailles et autres immigrés imbibés d’idéologies hostiles à la culture française. Comme Toufik, de Saint-Sauveur, à peine sorti de prison.

C’st un banal conflit de voisinage qui a dégénéré et s’est terminé en tentative de meurtre à l’arme blanche en juin dernier dans le village de Saint-Sauveur, près de Compiégne, dans l’Oise.

Le 27 juin dernier, ivre, Toufik Id Lahcen, 39 ans, a agressé l’un de ses voisins avec une petite hache, alors que ce dernier passait sous ses fenêtres, en promenant son chien.

Quelques jours auparavant, ce même voisin avait reproché au nommé Toufik de rouler trop vite dans le quartier en voiture. Le soir des faits, il a donc suffit que leurs regards se croisent pour que tout dégénère.

Les deux hommes se battent, et Toufik sort une hachette de 50 cm et crie à son adversaire qu’il va lui “découper la tête“. Il lui assène des coups sur la nuque, sur la hanche, aux jambe, jusqu’à ce que sa propre compagne arrive à subtiliser l’arme, pendant que les deux hommes sont à terre.

La gendarmerie est prévenue. Toufik Id Lahcen prend la fuite, mais il sera rapidement retrouvé et placé en garde à vue. Les policiers découvriront alors que quand l’altercation a eu lieu, il sortait tout juste de prison pour des faits similaires et qu’il avait déjà cinq condamnations pour violences à son actif.

Lors de son procès, la semaine dernière, un expert psychiatre a mis en évidence sa “personnalité psychopathique“, son “sentiment de toute-puissance” et sa “dangerosité criminologique“.

Devant ses juges.Toufik a soutenu qu’il avait frappé “avec la tranche plate, pas avec la lame. Lui aussi m’a donné des coups de poing“. il a été condamné à 16 mois de prison ferme et devra, dans un délai de deux ans, trouver un travail, suivre des soins pour son addiction à l’alcool et en psychiatrie, avec interdiction d’entrer en contact avec sa victime et de fréquenter des débits de boissons.

Source: Le Parisien

 

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour,
    Il faudrait ajouter une case pour pouvoir partager sur Parler. Partager sur Facebook est trop risque.
    Merci !

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici