La guerre rentre dans une nouvelle phase: Twitter a banni définitivement le compte du président Donald Trump

Image d'illustration / Photo: Pixabay
Image d'illustration / Photo: Pixabay

“Après avoir examiné de près les récents tweets du compte @realDonaldTrump et le contexte qui les entoure, nous avons suspendu définitivement le compte en raison du risque de nouvelles incitations à la violence”, a déclaré Twitter dans un communiqué.

La direction du réseau social, qui persécute et harcèle depuis des années Donald Trump en particulier et les internautes de droite en général, a également interdit le compte de la campagne @TeamTrump.

Twitter avait précédemment retiré une vidéo du président qui appelait ses partisans à se disperser pacifiquement et à respecter l’ordre public, que le président a publiée après avoir appris que le Capitole de Washington était en train d’être pris d’assaut. Le lendemain, le président a réitéré sa condamnation de la violence.

Cette décision intervient après que Facebook et Instagram, ainsi que d’autres grandes plateformes technologiques, ont suspendu indéfiniment l’accès du Président, coupant ainsi une ligne de communication essentielle entre Donald Trump et les citoyens de ce pays.

Depuis son lancement, FL24 a fait état de l’augmentation rapide du pouvoir antidémocratique et liberticide des géants de la Silicon Valley et de leur détermination croissante à s’ingérer dans la vie politique de nos patries et à mener une guerre contre les idées qui sortent du politiquement correct.

Des politiciens et des commentateurs de tous les horizons politiques, y compris de gauche, ont averti qu’il s’agissait là d’une menace pour la liberté d’expression et la démocratie.

Un brin naïfs et angéliques, les républicains américains — bien qu’ils aient eu le contrôle du Sénat, du Congrès et de la Maison-Blanche de 2016 à 2018 — n’ont adopté aucune loi visant à limiter la toute-puissance et l’impunité totale des réseaux sociaux à censurer les opinions et les idées qui ne cadrent pas avec leur ligne idéologique.

Car le combat contre la toute-puissance de Twitter, Google ou Facebook — qu’il faut gagner si on veut exister — se joue aux États-Unis. Car la législation américaine, le bouclier de ces censeurs, leur garantit l’immunité juridique par la fameuse section 230, la loi qui permet aux géants du net de censurer en toute impunité.

Trump était le seul homme politique qui a osé défier ces puissances. Trop tard. Désormais, les censeurs passent à l’attaque. Trump est le premier chef d’État à être interdit de façon permanente par une grande plateforme de réseau social.

Et ce n’est pas leur dernier mot. Ni le nôtre, il faut espérer.

Toutes proportions gardées, la bataille que mènent aujourd’hui Twitter, Facebook et autres géants du web contre le président Donald Trump est la même que leurs persécutions constantes contre France Libre 24.

Lorsque FL24 s’est fait bloquer — arbitrairement et sans aucun avertissement préalable — son compte Twitter @FranceLibre24, le réseau social n’a invoqué aucune entorse réelle au règlement: ni fake news, ni violence, ni violation de la loi, ni rien de ce style. Normal, nous sommes un site sérieux, soucieux de la véracité de nos informations. Le prétexte évoqué était le… spam! Totalement faux et absurde pour un compte qui ne faisait que retweeter une partie de ses propres articles provenant de notre site FL24.net.

Que peut-on faire? Pas grand-chose, malheureusement. C’est le combat du pot de terre contre le pot de fer. On ne récupérera jamais notre liberté d’expression si les géants ne sont pas forcés par la justice à jouer le jeu, comme Trump a essayé de le faire. Comment contourner cette censure? Nous vous l’expliquons en détail dans le petit article ci-après:

Pourquoi il faut ABSOLUMENT vous abonner gratuitement à FL24

11 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici