Le soir du réveillon, un Guinéen de 18 ans est tué dans une rixe entre bandes rivales au Mans

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Samedi dernier, deux “jeunes”, âgés de 18 et 25 ans, ont été mis en examen pour meurtre et écroués après avoir participé à une rixe entre bandes rivales des quartiers “sensibles” du Mans, le soir du réveillon du Nouvel An. Un jeune Guinéen de 18 ans était mort de plusieurs coups d’arme blanche. 

Jeudi 31 décembre, à l’heure où la plupart des Français réveillonnaient, une violente rixe a eu lieu entre deux bandes rivales de “jeunes” de deux quartiers à forte population immigrée du Mans, dans la Sarthe.

Un groupe d’individus venus du quartier des Sablons est allé cherché sur leur terrain des “jeunes” du quartier de Saint-Martin-de-Pontlieue. Les différents protagonistes étaient armés de couteaux, de barres de fer et de diverses armes blanches.

Au cours de la rixe qui s’en est suivie, Sekhouna, un Guinéen de 18 ans, résidant à Nantes (Loire-Atlantique) mais ayant habité jusqu’à récemment le quartier des Sablons et fréquentant toujours sa bande, est mort poignardé.

En effet, au cours de la bagarre, celui-ci a d’abord été frappé à plusieurs reprises avant de recevoir plusieurs coups d’arme blanche. Prise en charge par les secours, la victime n’a pu être réanimée et a été déclarée morte peu après 22h par un médecin.

Une enquête a immédiatement été ouverte par le parquet du Mans et deux “jeunes”, ayant participé à la rixe et étant fortement soupçonnés d’avoir porté les coups mortels, ont été interpellés et placés en garde à vue.

Il s’agit de deux individus de 18 et 25 ans, déjà condamnés par la justice pour des faits de violence. Déférés samedi 2 janvier au parquet du Mans, ils ont été mis en examen pour meurtre et placés en détention provisoire.

Les deux “jeunes” reconnaissent leur présence sur les lieux du crime au moment de la rixe mais nient être à l’origine des coups mortels. Les deux suspects risquent une peine de trente ans de réclusion criminelle.

Sources : Ouest-France/ France Bleu

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici