Le chef du renseignement avoue sans le savoir qu’il ne comprend rien à la menace islamique

Laurent Nunez / Photo: Capture d'écran
Laurent Nunez / Photo: Capture d'écran

Parachuté à la tête du renseignement français après son passage au ministère de l’Intérieur, Laurent Nuñez, à qui les Français doivent déjà les fiascos sécuritaires des années 2015 et 2016, s’est trahi en une phrase, qui a révélé qu’il ne comprenait absolument rien à la nature du danger islamique.

Malgré toutes les informations dont il dispose pourtant, le bureaucrate a osé affirmé au micro du “Grand rendez-vous” Europe1/CNews/Les Échos que “le blasphème, la volonté de venger le prophète” formaient un “point commun” entre les trois derniers attentats islamiques.

Or, si cela pourrait se tenir pour l’attentat contre Charlie Hebdo et contre Samuel Paty, l’attentat contre des chrétiens perpétré dans la Basilique Notre-Dame-de-Nice, contredit justement la déclaration du Coordinateur national du renseignement, car les victimes n’ont en aucune façon blasphémé ou insulté Mahomet.

Ces chrétiens ont été attaqués pour leur appartenance à l’Occident, dans un conflit de civilisation qui lui est livré par l’islam depuis sa naissance. Comme l’a brillamment expliqué l’avocat de Charlie Hebdo et de l’ado Mila, le blasphème n’est qu’un prétexte pour justifier les attaques des islamistes sur ceux qu’ils désignent comme leurs ennemis.

Le véritable point commun entre ces trois derniers attentats est celui formé par la civilisation occidentale, laïque et chrétienne, habitée par la liberté qui constitue l’antidote à la nature totalitaire de l’islam. Ne comprenant pas cela, Nuñez ne peut donc pas comprendre le danger de l’islam et, par conséquent, encore moins en protéger les Français.

Sources : AFP, FL24

6 Commentaires

  1. Au contraire, il ne s’est pas trompé – ou seulement sur la formulation de sa pensée, dans le choix incorrect des mots.

    En fait il a très bien compris que le point commun, c’est “d’accomplir la volonté du Prophète” et d’obéir aux préceptes de sa religion en tuant les kouffars, comme c’est le devoir de tout bon musulman.

    • non monsieur Auguste, l’islam ne recommande pas de tuer les kouffars. quiconque tu un etre est considéré avoir tuer toute l’humanité. celui qui le fait est un assassin. par contre l’etre humain a le droit de se défendre par tous les moyens légaux dans la proportion, s’il est agressé. les conséquences peuvent etres fatales. aussi je voudrais vous éclairé sur les ” kouffars ” . est considéré kafer celui qui ne reconnait pas l’unicité de Dieu, du Tout Puissant et celui qui lui associe un etre quelconque. documentez vous et vous allez vous rendre compte de vous meme. bonne journée.

      • Merci monsieur pour votre empressement à me donner des leçons.

        Malheureusement cela tombe à plat, vous ne m’avez strictement rien appris que je ne sache déjà.

        Eh oui, vous avez entièrement raison : l’islam ne demande pas de tuer tous les êtres humains, et réprouve le meurtre. Sauf…

        Sauf bien sûr en cas de “légitime défense”, c’est-à-dire quand le musulman “se sent” agressé (et il en est le seul juge). Et justement le fait de refuser de se convertir, comme vous le sous-entendez très bien (merci de reconnaître que ce que j’ai dit est parfaitement exact, en passant), ou simplement de voir un kouffar, contrarie fort le musulman et l’agresse, le pauvre choupinet. Et lui donne donc le droit de se “défendre”, en mettant fin à ce scandale, en appliquant les moyens “légaux”, mais au sens musulman du terme (encore une précision que vous avez pris soin d’oublier), c’est-à-dire la charia, et donc de trucider, décapiter, crucifier le kouffar importun.

        Au fait, kafir, ce n’est pas seulement le “chikr” et le “takfir”, c’est aussi le fait de ne pas reconnaître Mahomet comme le dernier prophète (et donc de facto le seul puisque la parole correcte de ses prédécesseurs n’est connue – selon lui – que par son compte-rendu, vu que vous ne reconnaissez ni la Torah, ni la Bible, ni le Nouveau Testament) et le coran comme la parole incréée de votre démon Allah.

        Vous voyez que je connais très bien (sûrement mieux que vous) votre “belle” religion d’ “amour”, de “paix”, de “tolérance”

        Et donc vos balivernes, votre enfumage, votre taqiya, vous pouvez vous les mettre là où je pense, ça ne prend pas.

      • Bref, vous pensez me contredire, mais au final vous ne pouvez vous empêcher de me donner raison.

        Eh oui, l’aziz, la taqiya, le langage à double sens, ça ne marche qu’avec ceux qui ne connaissent pas l’islam et ne savent pas lire entre les lignes, et comprendre les non-dits.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici