La Chine est une “dictature fragile qui a peur de son propre peuple” dénoncent les États-Unis

Manifestant à Hong Kong
Photo / Facebook

Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, a sévèrement dénoncé l’emprisonnement de militants de la liberté hongkongais qui ont été condamnés jusqu’à trois ans de prison pour avoir tenté de fuir l’ancienne colonie britannique pour se réfugier dans la Chine libre cantonnée sur l’île de Taïwan.

“Un régime qui empêche son propre peuple de partir ne peut prétendre à la grandeur ou au leadership mondial. Ce n’est qu’une dictature fragile, qui a peur de son propre peuple”, a ainsi fustigé le secrétaire d’État le jeudi 31 décembre.

Après l’imposition d’une loi totalitaire en juin à Hong Kong, les dix militants s’étaient résignés à s’exiler à Taïwan, comme d’autres nombreux dissidents de la Chine communiste dont la vie est condamnée à l’exil. Ces militants ont été condamnés mercredi à plusieurs années de prison par un tribunal chinois.

Mike Pompeo a appelé à leur libération “immédiate et sans condition”, expliquant qu’ils méritaient d’être traités comme des “héros”. Ce poids lourd de l’administration Trump n’est pas intimidé par le régime communiste chinois, et dénonce régulièrement le danger que ce dernier représente pour la paix mondiale et le respect des droits humains.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici