“Syndrome d’Ulysse”? La Covid-19 aggraverait les troubles psychiques des migrants

Image d'illustration/Fotolia
Image d'illustration/Fotolia

Ils ne savent plus quoi inventer pour justifier l’immigration de masse. Désormais, il faudrait accueillir toute la misère du monde sous le prétexte de stress provoqué par le Coronavirus.

En février dernier, l’Académie nationale de médecine avait jugé la situation sanitaire des migrants “préoccupante“, avec des troubles mentaux “six fois plus fréquents que dans la population générale“. Aujourd’hui, des sociologues pointent la Covid-19 comme facteur aggravant.

Ils ont connu des expériences traumatisantes lors de leur parcours migratoire, et sont sujets à des maladies psychiques et psychosomatiques“, explique Patricia Loncle, professeur de sociologie à l’École des hautes études en santé publique (EHESP.)

Le “syndrome d’Ulysse“, un stress chronique provoqué par des épreuves anxiogènes sur une longue durée, fait partie des pathologies souvent évoquées. Les comportements peuvent être très graves, des crises d’angoisse ou des hallucinations qui résultent de la pression liée à l’incertitude.

Or, depuis le début de la crise sanitaire, ce sentiment d’insécurité des migrants a encore augmenté. Les ateliers, jeux ou goûters organisés par les associations d’aide aux migrants se sont arrêtés net.

On a mis les gens à l’abri mais ils se sont retrouvés livrés à eux-mêmes. Beaucoup de petites associations ont dû suspendre leur action, et les jeunes migrants, qui souffrent déjà d’isolement et de déracinement, se sont retrouvés encore plus seuls“, explique Alessia Lefébure, co-auteur du travail de recherche avec Patricia Loncle.

Elle rappelle aussi que les placements en Centre de rétention administrative (CRA) de personnes atteintes de pathologies mentales augmentent, tout comme les actes de détresse.

Selon le Centre Primo Levi, leur santé mentale est déjà mise à l’épreuve hors Covid: 38% des migrants souffrent de troubles psychiques tels que dépressions et idées suicidaires. Vivre en France en situation illégale au temps de l’épidémie ne peut qu’aggraver leur cas.

Peut-être est-ce pour cela qu’on a tellement l’habitude, en France, d’entendre qualifier des “migrants” criminels de “déséquilibrés“?

Source: France 3

Délirant! En Italie, le “risque Covid dans le pays d’origine” justifie l’accueil de migrants

1 COMMENTAIRE

  1. Ils sont déjà naturellement bien atteints ….La covid est une bonne excuse , une de plus .
    La seule solution : retour au bled !..
    ( en charter, pas en 1ère classe….)

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici