À Strasbourg, un immigré turc, multirécidiviste, tue son ex-compagne, la démembre et l’enterre en forêt

Image d'illustration / Photo: DR
Image d'illustration / Photo: DR

Lundi dernier, à Strasbourg, un immigré turc de 42 ans, déjà condamné à 11 reprises, a été mis en examen pour le meurtre de son ex-compagne, mère de ses quatre enfants et âgée de 25 ans, qu’il avait assassinée, démembrée et enterrée dans une forêt, le 23 décembre dernier.

Le mercredi 23 décembre, Yasemin Cetindag, une jeune mère de famille de 25 ans, résidant au sein du quartier de la Montagne-Verte à Strasbourg, dans le Bas-Rhin, reçoit la visite de son ex-compagnon et père de ses enfants, Savas Ozyanik, 42 ans.

L’homme et la jeune femme sont tous les deux des immigrés d’origine turque et sont séparés depuis peu. Ils ont vécu une dizaine d’années ensemble et ont eu quatre enfants qui sont désormais élevés par leur mère.

Mais l’entrevue ne se passe pas très bien, l’homme reprochant à son ex-compagne ses fréquentations et notamment le fait d’avoir adressé la parole à un homme. Sous les yeux des enfants, le quadragénaire se saisit de la jeune femme et s’enferme avec elle dans la salle de bains.

C’est là, à l’abri des regards, que le Turc tue sa compagne sans que l’on sache précisément par quels moyens. L’homme ressort ensuite seul et dit aux enfants que leur mère se porte bien puis les emmène pour les confier à son ex-belle-mère.

Au bout de quelques heures, la grand-mère est de plus en plus surprise du silence de sa fille et donne l’alerte en se rendant dans un commissariat de Strasbourg tandis que son autre fille lance un appel sur les réseaux sociaux.

Les forces de l’ordre se rendent à l’adresse de la disparue et constatent son absence. En revanche, de grandes traces de sang, en partie nettoyées, sont visibles dans la salle de bains. Une enquête criminelle est alors ouverte par le parquet de Strasbourg.

En entendant les enfants, dont l’aîné a 8 ans, les enquêteurs de la police judiciaire strasbourgeoise, chargés des investigations, apprennent de plus qu’un des petits, âgé de 5 ans avait aperçu sa maman “dormir” sur le sol de la salle de bains, la tête couverte de sang lors de la visite de leur père.

Savas Ozyanik fait donc, à partir de cet instant, l’objet des recherches de la police et est finalement interpellé dans l’agglomération strasbourgeoise, le samedi 26 décembre. L’homme est placé en garde à vue, en compagnie d’une connaissance, un homme de 48 ans.

Dès le début de sa garde à vue et alors que la disparue reste introuvable, le Turc nie avoir frappé son ex-compagne. Il reconnaît juste être passé la voir le jour de sa disparition. Mais c’est l’audition de son ami qui va obliger cet homme, déjà poursuivi pour des violences conjugales et décrit comme “jaloux et irascible“, à changer de version.

En effet, son ami raconte que, le soir des faits, il a aidé Savas Ozyanik a déplacer une grosse malle, achetée pour l’occasion et contenant, d’après les dires de son ami, 60 kilos de cannabis. Hypothèse plausible pour l’homme, Ozyanik ayant déjà été condamné 11 fois, notamment pour trafic  de stupéfiants.

L’homme aurait ensuite convoyé le Turc et la malle jusque dans une forêt de la région, où le contenu aurait été enterré par Ozyanik, seul. La malle aurait ensuite été jetée dans un cours d’eau. Sur les indications de l’homme, les policiers sont alors allés fouiller les lieux.

À l’endroit indiqué, les enquêteurs vont effectivement découvrir les restes du corps de Yasemin Cetindag, démembrée  et enterrée à même la terre. Face à cette découverte, le suspect va enfin reconnaître avoir tué son ex-compagne et l’avoir découpée afin de faire disparaître son corps.

L’homme et son complice ont tous deux été déférés lundi 28 décembre au parquet de Strasbourg qui les a mis en examen pour “meurtre par conjoint ou ex-conjoint” pour Savas Ozyanik et pour “recel de cadavre et modification d’une scène de crime” pour son complice. Les deux hommes ont été écroués.

Sources : Les Dernières Nouvelles d’Alsace/ 20 Minutes/ Actu 17

1 COMMENTAIRE

  1. La fameuse chance pour la France, accueillir la lie de l’humanité pour massacrer sur notre sol ceux qu’ils haïssent.
    Et l’arrivage continue…
    Une guerre silencieuse dirigée contre le peuple européen avec l’aval de nos gouvernements, financés par les grandes familles : la noblesse noire.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici