Brexit, une catastrophe? Le Royaume-Uni distance la France et demeure la cinquième économie mondiale

Image d'illustration / Photo: Shutterstock
Image d'illustration / Photo: Shutterstock

Brexit, une catastrophe économique annoncée? Foutaises! La Grande-Bretagne a repris sa place de cinquième économie mondiale, devançant l’Inde, et devrait dépasser largement la France dans les années à venir lorsqu’elle se libérera enfin de l’Union européenne.

Malgré l’une des plus graves récessions due au confinement et malgré plusieurs années de prévisions économiques pessimistes concernant la Grande-Bretagne, le Centre for Economic and Business Research (CEBR) prévoit que le Royaume-Uni conservera son avance économique sur l’Inde jusqu’en 2025, après quoi il restera la sixième économie mondiale au moins jusqu’en 2035.

Les militants anti-Brexit, en Angleterre et à l’étranger, ont toujours affirmé que la Grande-Bretagne faiblirait sur le plan économique si le pays récupérait sa souveraineté en sortant de l’Union européenne.

Cependant, le CEBR prévoit que la position de la Grande-Bretagne en tant que deuxième économie d’Europe ne sera pas affectée par le Brexit ni même par les restrictions sanitaires, l’économie britannique devant dépasser celle de la France dans les années à venir.

D’ici à 2035, le PIB britannique devrait être supérieur de 40% à celui de la France, son rival et voisin de longue date“, a déclaré le CEBR.

Alors que la politique de confinement au Royaume-Uni l’a conduit à la plus profonde récession de tous les pays du G7, le chômage est resté plus faible en Grande-Bretagne que dans l’Union européenne, avec un taux de chômage de 4,8% seulement contre 8,4% en moyenne dans l’UE.

Le CEBR a déclaré que l’économie britannique rebondirait, bénéficiant de taux d’épargne élevés chez les particuliers, ce qui se traduirait par une consommation plus élevée une fois les entraves pesant sur l’économie britannique levées.

Le CEBR prévoit pour le Royaume-Uni un taux de croissance de 4%, plus optimiste que les propres projections du gouvernement britannique qui estimait une croissance moyenne de 3,4 % par an.

Sources : The Times/ CEBR

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici