A Strasbourg, deux “jeunes” en voiture volée percutent un policier, ils sont remis en liberté!

Image d'illustration / Photo: shutterstock
Image d'illustration / Photo: shutterstock

Lundi dernier, deux “jeunes” à bord d’une voiture volée qui voulaient échapper à un contrôle de police dans le quartier sensible de Cronenbourg, à Strasbourg, n’ont pas hésité à venir volontairement percuter un policier. L’agent a été blessé. Interpellés malgré une farouche résistance, les deux délinquants ont été remis en liberté à l’issue de leur garde à vue!

Lundi 21 décembre, vers 23h30, des policiers étaient en patrouille dans le quartier à forte population immigrée de Cronenbourg, à Strasbourg (Bas-Rhin) quand ils ont voulu contrôler un jeune qui se trouvait sur la voie publique.

A la vue des fonctionnaires, le “jeune” a pris la fuite sur quelques mètres avant de s’engouffrer dans une voiture conduite par l’un de ses congénères. Le véhicule, pour s’échapper, a alors foncé sur un policier.

Celui-ci a été percuté de plein fouet par l’automobile et sa tête est venue violemment heurter le parebrise du véhicule qui a pris la fuite dans le quartier. Le policier, blessé, a du être hospitalisé. On ne connait pas le nombre de jours d’ITT qui lui ont été attribués.

Mais les deux fuyards ne sont pas allés bien loin. En effet, alors qu’ils étaient entrain d’abandonner leur véhicule, qui s’est avéré être volé, à quelques centaines de mètres, une patrouille de policiers municipaux a procédé à leur interpellation.

Celle-ci ne s’est pas déroulée sans mal, les deux délinquants faisant montre d’une grande violence vis-à-vis de forces de l’ordre. Le renfort d’une unité de la brigade canine a notamment été nécessaire pour parvenir à les maitriser.

Les deux “jeunes”, âgés tous deux de 18 ans mais dont le profil exact ainsi que les éventuels antécédents judiciaires n’ont pas été communiqués, ont alors été placés en garde à vue pour tentative d’homicide sur agent dépositaire de l’autorité publique.

Mais dés le lendemain des faits, le parquet, considérant que les charges n’était pas “suffisantes en l’état“, a ordonné la remise en liberté des deux délinquants qui ont donc pu reprendre le cours normal de leurs activités!

Source: Ouest-France/ Le Figaro

 

 

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici