“On tient la République à bout de bras tous les samedis”. Les policiers enragent contre Macron

Image d'illustration Photo: DR
Image d'illustration Photo: DR

“Nous sommes là pour protéger la tranquillité des gens. On attend plus de considération de notre hiérarchie comme des plus hauts dirigeants du pays”, a déclaré Emmanuel Georg, délégué Unité SGP Police lors d’une protestation policière réunissant une cinquantaine d’agents jeudi 10 décembre à Strasbourg.

“Ils le savent, on tient la République à bout de bras tous les samedis”, a ajouté le policier en évoquant les nombreuses manifestations depuis le soulèvement des Gilets Jaunes. Les policiers ne décolèrent pas des insultes du président de la République qui a accusé la police de racisme, adoubant ainsi un des pires mensonges de la gauche.

“On se sent stigmatisés. Ces propos laissent entendre que nous faisons des contrôles au faciès”, a déploré Christophe Rouyer, secrétaire départemental du syndicat Alliance. “Les lieux ou nous faisons davantage de contrôle, c’est là où des trafics existent. Le nier, c’est le cautionner.”, rappelle-t-il.

L’ensemble des organisations syndicales présentes hier à la protestation, ont réclamé un “renforcement de moyens pour la police secours”, pointant une incapacité à répondre “à tous les appels au 17 qui nécessitent une intervention”.

“Au niveau de la direction départementale de la sécurité publique du Bas-Rhin, il manque une cinquantaine d’effectifs, c’est impossible de gérer l’ensemble des missions”, a alerté Christophe Rouyer. Les syndicats ont aussi dénoncé un manque de formation des agents. “La formation c’est très très light dans la police nationale”, a regretté Sylvain André.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici