La police ne décolère pas! Plus d’une centaine de policiers protestent contre les propos de Macron

Image d'illustration Photo: Wikimedia Commons
Image d'illustration Photo: Wikimedia Commons

“On n’est ni racistes, ni violents, on ne se lève pas le matin pour savoir qui on va taper”, a défendu mardi soir un policier du Val-de-Marne face à plus d’une centaine de ses collègues rassemblés à Créteil pour protester contre les insultes d’Emmanuel Macron qui a planté un couteau dans le dos de la police vendredi.

À l’origine du rassemblement à Créteil, des “policiers de terrain”, qui ont souhaité garder l’anonymat. Ils ont déclaré regretter “d’être toujours fautifs, que [leur] parole n’ait aucune valeur”. “On est la profession la plus surveillée (…) et à force de remettre en cause notre autorité, on n’en a plus sur le terrain”, a dénoncé un agent de la BAC.

Policiers nationaux et municipaux ont ensuite observé une minute de silence en hommage au policier grièvement blessé dans la nuit de lundi à mardi à hauteur de Bailly-Romainvilliers (Seine-et-Marne) après avoir été percuté par un véhicule de la brigade anti-criminalité qui poursuivait un chauffard.

Pour tenter d’éteindre l’incendie qu’il a lui-même allumé, le président de la République a ordonné la tenue à partir de janvier d’un “Beauvau de la sécurité” afin d’“améliorer les conditions d’exercice” des forces de l’ordre et “consolider” leurs liens avec les Français.

Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, recevra le 18 décembre les syndicats de police qui ont exprimé leur “ras-le-bol” après les violences lors des manifestations d’extrême gauche et les déclarations insultantes de Macron sur les contrôles au faciès.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici