Badaboum! Le grand Soljénitsyne définit la gauche (et Macron) en une phrase

Soljénitsyne

Parfois, un génie parvient à définir en quelques mots un phénomène que tout le monde ressent, dont tout le monde souffre, mais que personne n’arrivait à cerner.

C’est le cas d’Alexandre Soljénitsyne, extraordinaire auteur de L’Archipel du Goulag, le livre qui a eu la peau de l’URSS. Il a réussi à définir, en une seule phrase, l’horreur des pouvoirs de gauche, qu’ils soient communistes, socialistes ou… macroniens.

Cette phrase est: “Nous savons qu’ils mentent, ils savent que nous savons qu’ils mentent, nous savons qu’ils savent que nous savons qu’ils mentent, et ils continuent à nous mentir.”

Tout est dit. L’attitude de Macron, Véran, Castex et de leurs complices depuis le début de la crise de la Covid-19, est ici parfaitement résumée: nous subissons un mélange de désinformation, d’arrogance et de cynisme qui nous tue et qui, quand il ne nous tue pas, nous enferme, nous humilie, nous déprime, nous ruine, et nous révolte.

Soljénitsyne disait que, de toutes les tortures subies par le peuple en régime communiste, la pire est le mensonge systématique, institutionnalisé, omniprésent. Nous y sommes.

À lire absolument: L’Archipel du Goulag en version abrégée et au format de poche: le livre politique le plus puissant et le plus influent du XXe siècle, avec 1984, de George Orwell. Il n’a pas pris une ride. Mieux: en ces temps de tyrannie sanitaire, il est de plus en plus d’actualité.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici