La soumission idéologique de la Hongrie et de la Pologne au diktat de Bruxelles: pour Orban c’est toujours “non”

Viktor Orban / Photo: Flickr
Viktor Orban / Photo: Flickr

La Hongrie résiste encore à l’oligarchie européenne et n’accepte toujours pas que l’accès aux fonds européens soit rattaché de quelque manière au prétexte idéologique de “l’État de droit” c’est-à-dire la soumission à l’agenda gauchiste. Le Premier ministre Viktor Orban a fait une déclaration dans ce sens ce vendredi, au lendemain d’un semblant de compromis esquissé sur le dossier par son allié polonais.

Le 16 novembre dernier, la Hongrie et la Pologne ont opposé leur veto à l’adoption du projet de budget de l’Union européenne pour la période 2021-2027 et du prétendu “plan de relance”, en réalité une subvention gigantesque de 1800 milliards d’euros, en raison de cette condition posée par les instances européennes.

Le vice-Premier ministre polonais Jaroslaw Gowin, considéré en Pologne comme un maillon faible de la majorité de droite au pouvoir, a cependant estimé jeudi que Varsovie pourrait lever son veto si les dirigeants de l’Union approuvaient une déclaration justifiant le lien établi entre le déblocage de fonds européen et les sanctions encourues en cas de violations de l’État de droit.

Vendredi, Viktor Orban a en revanche jugé qu’une telle déclaration explicative restait toujours inacceptable aux yeux de Budapest.

L’alliance magyaro-polonaise contre le centralisme gauchiste de la Commission européenne est soutenue plus ou moins explicitement par plusieurs autres pays, dont la Croatie et le Portugal.

Source: Reuters

La Hongrie et la Pologne mettent en échec l’UE et avec leur veto au plan de relanceLa Hongrie et la Pologne mettent en échec l’UE et avec leur veto au plan de relance

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici