Bolsonaro contre la dictature sanitaire: “Forcer les gens à prendre le vaccin, c’est de la dictature”

Jair Bolsonaro Photo: Wikimedia Commons
Jair Bolsonaro Photo: Wikimedia Commons

Le président brésilien Jair Bolsonaro déclare qu’il ne prendra pas lui-même de vaccin anti-Covid-19 fonctionnel et qualifie l’utilisation de masques pour limiter la propagation de la maladie de “dernier tabou à tomber”.

Les commentaires de Bolsonaro, diffusés sur les réseaux sociaux jeudi soir, ont alarmé les fabricants de vaccins qui ont déclaré qu’ils pourraient “saper les efforts déployés pour atteindre les niveaux de vaccination essentiels pour stopper la pandémie” et saboter la vente des vaccins.

Jaïr Bolsonaro, qu’on veut faire passer pour un complotiste, a également déclaré, cependant, que tout vaccin certifié par l’agence sanitaire brésilienne sera disponible gratuitement pour le public.

Le président brésilien, qui a contracté le virus en juillet, a longtemps refusé de se soumettre au sanitairement correct et d’imposer le confinement, arguant à juste titre que les dommages causés par un confinement seraient pires que la pandémie, comme cela peut être constaté en France.

Il a également promu à plusieurs reprises la hydroxychloroquine en faisant fi des études scientifiques alarmantes qui ont tenté de prouver que ce médicament est inefficace et peut-être dangereux. L’étude du Lancer à ce sujet s’est avéré par la suite une grossière manipulation.

Je vous le dis, je ne prendrai aucun vaccin. C’est mon droit et je suis sûr que le Congrès ne créera pas de difficultés pour ceux qui ne voudront pas prendre un vaccin“, a-t-il déclaré.

S’il est efficace, durable et fiable, quiconque ne le prend pas ne fera du mal qu’à lui-même et celui qui le prend ne sera pas infecté. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter“, a déclaré M. Bolsonaro.

Forcer les gens à prendre le vaccin ou dire que ceux qui ne le prennent pas ne peuvent pas obtenir de passeport, avoir un emploi public, c’est de la dictature“, a déclaré le président brésilien. “Celui qui défend cela est un dictateur, prêt à faire des affaires avec la vie des autres”.

Bolsonaro a également mis en doute l’utilisation de masques pour stopper la propagation de la maladie.

En ce qui concerne les masques, il y aura une étude sérieuse un jour pour parler de l’efficacité du masque“, a déclaré M. Bolsonaro. “C’est le dernier tabou à tomber“.

Au début de la pandémie, Bolsonaro s’est souvent aventuré hors du palais présidentiel brésilien, sans masque, pour saluer ses partisans.

Source: AP

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici