AstraZeneca et l’Université d’Oxford se trompent dans leur vaccin anti-Covid qu’ils avaient qualifié de “très efficaces”

Image d'illustration / Photo: Flickr
Image d'illustration / Photo: Flickr

AstraZeneca et l’Université d’Oxford ont reconnu mercredi une erreur qui soulève des questions sur les résultats préliminaires de leur vaccin expérimental COVID-19.

Une déclaration reconnaissant l’erreur est arrivée quelques jours après que la société et l’université aient qualifié les vaccins de “très efficaces” et n’ont pas mentionné pourquoi certains participants à l’étude n’ont pas reçu autant de vaccin que prévu lors de la première des deux séries d’injections.

À la surprise générale, le groupe de volontaires ayant reçu une dose plus faible semblait être beaucoup mieux protégé que les volontaires ayant reçu deux doses complètes.

Dans le groupe ayant reçu une faible dose, a déclaré AstraZeneca, le vaccin semblait être efficace à 90%. Dans le groupe qui a reçu deux doses complètes, le vaccin semble être efficace à 62%.

Les fabricants de médicaments ont déclaré que le vaccin combiné semblait être efficace à 70%. Mais la manière dont les résultats ont été obtenus et communiqués par les entreprises a suscité des questions pointues de la part des experts.

Les résultats partiels annoncés lundi proviennent d’importantes études en cours au Royaume-Uni et au Brésil visant à déterminer la dose optimale de vaccin, ainsi qu’à examiner la sécurité et l’efficacité.

De multiples combinaisons et doses ont été testées chez les volontaires. Ils ont été comparés à d’autres qui ont reçu un vaccin contre la méningite ou une injection de solution saline.

Selon les experts, le nombre relativement faible de personnes dans le groupe à faible dose rend difficile de savoir si l’efficacité constatée dans le groupe est réelle ou s’il s’agit d’une bizarrerie statistique. Quelque 2741 personnes ont reçu une demi-dose de vaccin suivie d’une dose complète, a déclaré AstraZeneca. Au total, 8895 personnes ont reçu deux doses complètes.

Autre facteur: aucune des personnes du groupe ayant reçu la faible dose n’avait plus de 55 ans. Les jeunes ont tendance à développer une réponse immunitaire plus forte que les personnes plus âgées, il se pourrait donc que ce soit la jeunesse des participants du groupe à faible dose qui explique l’efficacité du vaccin, et non la taille de la dose.

Et ce genre d’études sont censées nous aider à combattre l’épidémie.

Source: AP

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici