Un sans-papiers violeur récidiviste écroué: il s’est attaqué à une jeune handicapée mentale

Justice. Image d'illustration/Pixabay
Justice. Image d'illustration Photo: Pixabay

J’ai eu une relation mais c’était consenti. Je ne suis pas un violeur ou un prédateur“, a osé soutenir devant ses juges ce “sans-papiers” âgé de 18 ans. Sa victime était pourtant très visiblement “en situation de handicap“…

La jeune fille en question est âgée de 19 ans mais son âge mental est évalué à celui d’une fillette âgée de 6 à 10 ans. Elle est d’ailleurs sous le coup d’un placement sous curatelle renforcée.

Elle était donc une proie facile pour les deux jeunes hommes qui s’en sont pris à elle, dans la nuit de mardi à mercredi, alors qu’elle errait autour de la gare de Meaux.

La jeune femme cherchait à prendre un train pour se rendre dans sa région d’origine, dans le nord de la France. Un inconnu, bientôt rejoint par un second, l’a alors abordée et lui a proposé de l’héberger pour la nuit.

Sans ce douter du calvaire qui l’attendait, la jeune handicapée mentale a accepté et les a suivis jusqu’au quartier de l’hôpital. Mais une fois sur place, la malheureuse a été longuement violée par les deux prédateurs.

Et ce n’est qu’autour de 2 heures du matin que la victime a été retrouvée dans la rue, en état de choc. Prise en charge par les pompiers, elle a été transportée au Grand Hôpital de l’Est Francilien (GHEF) à Jossigny, sur le site de Marne-la-Vallée, où elle a été admise en psychiatrie.

Coup de chance: le lendemain, la police municipale de Meaux ramène au commissariat, pour vérification d’identité, un jeune homme qui traînait autour de la gare, sans masque ni papiers d’identité.

En le comparant avec les images de vidéosurveillance de la ville, les enquêteurs de l’Unité d’Atteintes aux Personnes font le rapprochement avec l’un des deux “accompagnateurs” de la malheureuse victime.

Immédiatement placé en garde à vue, le sans-papier âgé de 18 ans a été déféré vendredi devant le parquet de Meaux, qui a ouvert une information judiciaire pour viol en réunion sur personne vulnérable.

Mis en examen par un juge d’instruction, il a été présenté à un juge des libertés et de la détention. Le parquet de Meaux a requis son placement en détention provisoire.

Si vous vous demandez quelle peine il encourt, voici un indice: ce jeune homme avait été condamné en comparution immédiate la semaine dernière par le tribunal correctionnel de Meaux pour des “violences aggravées“.

Il s’en était déjà pris à une femme dans cette même gare de Meaux. Verdict: six mois de prison avec sursis probatoire…

Source: Le Parisien

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici