L’envie du pénal. Macron crée le “délit d’écocide” et de “mise en danger de l’environnement”

Emmanuel Macron/DR
Emmanuel Macron/DR

Exigé par la Convention citoyenne pour le climat, le “délit d’écocide” va être créé par le gouvernement. Dans une interview ce dimanche dans le JDD, le garde des Sceaux et la ministre de la Transition écologique se sont enorgueillis de la ridicule annonce. 

“À l’enthousiasme citoyen qui s’est exprimé doit succéder une traduction juridique dans le code pénal”, justifie Éric Dupont-Moretti, exprimant ainsi la fameuse “envie du pénal” que dénonçait avec finesse ce cher Philippe Muray, qui aurait adoré ces mutins de Panurge de la Macronie. Incapable d’appliquer la loi face à la racaille, la Macronie fait diversion.

“Nous allons créer un délit général de pollution. Les pénalités seront modulées en fonction de l’intentionnalité de l’auteur. Les peines encourues iront de trois ans d’emprisonnement à dix ans d’emprisonnement selon qu’on est en présence d’une infraction d’imprudence, d’une violation manifestement délibérée d’une obligation et, la plus lourde, d’une infraction intentionnelle”, tonne le ministre de la Justice.

La pollution pourrait désormais coûter très cher. Les amendes iront de 375 000 à 4,5 millions d’euros. Le cimentier Lafarge est maintenant prévenu. Le deuxième délit de “mise en danger de l’environnement” pourrait appliquer des sanctions même quand la pollution n’a pas encore eu lieu, a précisé le ministère de la Transition écologique. La peine encourue est d’un an de prison et 100 000 euros d’amende.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici