8 m² par client: le nouveau délire de la Macronie va-t-il achever les petits commerces?

Image d'illustration Photo: Fotolia
Image d'illustration Photo: Fotolia

Comme c’est désormais la règle, le gouvernement a soigneusement fait “fuiter” dans la presse une partie des mesures qui devraient être annoncées par Emmanuel Macron lors de son allocution prévue pour mardi prochain. L’une d’elles rend déjà malades les “petits commerçants”.

Le texte d’un nouveau “protocole sanitaire” a été présenté vendredi dernier aux fédérations de commerçants et soumis au Haut conseil de santé publique. Au cœur de ces mesures, se trouve la “jauge“, le nombre de clients qui peuvent être accueillis en même temps dans le magasin.

Jusqu’à présent, cette “jauge” était fixée à 4 m2, ce qui correspondait à la fameuse “distanciation sociale” imposée par le gouvernement depuis maintenant neuf mois, consistant à rester toujours à au moins un mètre des autres.

Selon le nouveau protocole divulgué vendredi, un commerçant devra veiller à ce que chacun dispose de… 8 m2. Un exemple? Jusqu’à présent, un magasin d’une superficie de 48 m² pouvait accueillir jusqu’à douze clients en même temps. Dorénavant, ils ne seront plus que six!

Évidemment, les commerçants sont sidérés et exaspérés par la stupidité de la mesure. Laurent Munerot, de l’Union des entreprises de proximité, argumente: “Ça va réduire considérablement l’activité, nous avions demandé que les commerces de moins de 100 m² conservent une jauge de 4 m²”.

Car, dans un grand nombre de petits commerces, la surface réservée à la clientèle peut être très réduite: entre les rayonnages, les produits en stock, les comptoirs et les caisses, l’espace est compté.

Il existe même un certain nombre de très petites boutiques dont la surface totale accessible aux clients n’atteint même pas les 8 m² en question. Devront-ils rester fermés, tandis que le magasin voisin, d’une superficie de 15 m² par exemple, ne pourra accueillir qu’un seul client à la fois?

Un exemple: les coiffeurs. Christophe Doré, président de l’Union des entreprises de coiffure, pointe l’absurdité de la mesure par rapport aux réalités de sa profession.

Nous avons une spécificité“, explique-t-il, “ce sont les pauses dans l’activité. Quand on applique une couleur, par exemple, il faut 35-40 minutes pour que le produit agisse. Pendant ce temps, on en profite pour coiffer un autre client. Ce sera impossible avec le nouveau protocole. Une partie des mètres carrés seront immobilisés, alors que la demande sera très importante”

Pour la “grande distribution”, la nouvelle est moins meurtrière. Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération de la distribution, regroupant des enseignes telles qu’Auchan, Carrefour et Casino, indique que “Nous avons donné notre accord à la proposition de jauge à 8 m2. La règle sera affichée. Et les magasins de plus de 400 m² devront s’assurer par comptage du nombre de clients“.

Et pour un magasin de 399 m², aucun contrôle n’est prévu? Pour éviter les longues files d’attente que la première “jauge” avait déclenchées en mars dernier, le gouvernement compte répondre favorablement à la demande des fédérations d’ouvrir tous les dimanches de décembre.

Pas franchement une innovation, puisque c’est déjà le cas depuis des années dans bon nombre d’enseignes soucieuses de permettre aux travailleurs d’effectuer tranquillement leurs achats de Noël.

Lâcheté suprême: la Macronie en profite même pour “encourager les partenaires sociaux à négocier des extensions d’horaires nocturnes, notamment dans les métropoles“.

Sachant que les syndicats marxistes comme la CGT, Sud et autres groupuscules aux effectifs dérisoires, vivant de subventions extorquées aux contribuables exsangues, affectent depuis des années de refuser toute extension des ouvertures en soirée, on se doute bien de ce que ça va donner…

Le but de la manœuvre est clair: le gouvernement veut reporter sur ces syndicats la responsabilité d’une bonne partie des milliers de faillites que vont entraîner ses mesures absurdes et liberticides.

Cerise sur le gâteau: dans les petits commerces, le personnel ne sera pas comptabilisé pour le calcul de la fameuse “jauge“… alors que tous les Français sont déjà condamnés à porter en permanence des masques à l’utilité plus que douteuse, c’est une preuve de plus que cette “distanciation sociale” démesurée que veut nous imposer la Macronie n’est qu’une gesticulation destinée à la protéger en cas de poursuites judiciaires.

Source: Ouest-France

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici