Viktor Orban dézingue George Soros, “l’une des personnes les plus corrompues au monde”

George Soros. Viktor Orban/Wikimedia Commons
George Soros. Viktor Orban/Wikimedia Commons

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, a fustigé le milliardaire George Soros comme étant “l’une des personnes les plus corrompues au monde“.  Le ploutocrate, qui finance toutes sortes d’activistes progressistes dans le monde entier, a appelé l’Union européenne à soumettre la Hongrie et la Pologne aux valeurs de la “société ouverte”.

George Soros menace la Hongrie et la Pologne“, a déclaré vendredi le Premier ministre Orbán, faisant référence au lobbying public que cet archi-militant de 90 ans exerce auprès de l’Union européenne pour qu’elle prive de financement les pays d’Europe centrale dirigés par le gouvernement de droite que Soros déteste.

George Soros est l’une des personnes les plus corrompues au monde. Il a plein de politiciens dans sa poche qui veulent maintenant faire chanter la Hongrie et la Pologne pour leur donner accès aux fonds de l’Union européenne“, a poursuivi le leader hongrois, accusant le milliardaire de diffuser des “déclarations absurdes, au-delà de la ligne rouge” sur son pays.

Soros avait affirmé dans un article récent que Viktor Orban “a construit en Hongrie un système kleptocratique élaboré pour voler le pays à l’aveuglette“. “Il est difficile d’estimer le montant dont il a enrichi sa famille et ses amis, mais beaucoup d’entre eux sont devenus extrêmement riches“, écrit le milliardaire sans vergogne, étant donné sa propre immense fortune et sa condamnation par le passé pour délit d’initié.

La Hongrie et la Pologne sont en conflit avec les élites de l’Union européenne et leurs alliés mondialistes après leur récente décision d’opposer leur veto au projet de budget septennal, dans lequel Bruxelles a lié le versement des fonds à l’obéissance idéologique envers les projets progressistes tels que les prétendus droits LGBT ou l’acceptation de l’immigration de masse.

La Pologne et la Hongrie ont des raisons de penser que les dispositions relatives à “l’État de droit” sont utilisées comme un moyen de pression pour accepter l’agenda gauchiste, la vice-présidente allemande du Parlement européen, Katarina Barley, ayant suggéré qu’elles devraient être “affamées financièrement” avant le vote au cours duquel elles ont exercé leur veto.

Source: abouthungary.hu

Viktor Orbán n’a pas la langue dans sa poche: il dévoile le système Soros qui tente de mettre la main sur son pays

2 Commentaires

  1. Cette vieille charogne de soros est toujours en vie ?…
    Cette pourriture mondialiste mériterait d’être jugée par un tribunal populaire et envoyée au gibet !

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici