En 1994, il kidnappe, viole et enterre vivante une ado de 16 ans: enfin exécuté!

Orlando Cordia Hall et Lisa Rene, sa victime enterrée vivante / Photo: DR
Orlando Cordia Hall et Lisa Rene, sa victime enterrée vivante / Photo: DR

Un trafiquant de drogue, condamné à mort pour avoir kidnappé, violé et enterré vivante une adolescente, a été exécuté cette semaine dans une prison de l’Indiana, aux États-Unis. Dans les médias français, le meurtrier exécuté est présenté comme une victime de Trump.

Orlando Cordia Hall, 49 ans, a été mis à mort par injection létale jeudi dernier au Complexe correctionnel fédéral de Terre Haute, où il a été déclaré mort à 23h47, a annoncé le ministère de la Justice.

Des documents judiciaires montrent que Hall, qui dirigeait le trafic de marijuana en Arkansas avec plusieurs complices, s’est rendu à Arlington, au Texas, en septembre 1994, après une affaire de drogue ratée qui lui a fait perdre 4700 dollars.

Le parquet a déclaré qu’il s’est rendu avec ses complices au domicile d’un homme parce qu’ils pensaient qu’il avait volé leur argent et ont kidnappé sa soeur de 16 ans, Lisa Rene.

Orlando Cordia Hall a violé l’adolescente dans une voiture et l’a ensuite conduite dans un hôtel de l’Arkansas, où lui et ses complices l’ont ligotée et violée à plusieurs reprises.

Le lendemain matin, Orlando Cordia Hall a déclaré que l’adolescente en savait “trop” et l’a emmenée dans un parc où lui et un autre homme ont creusé une tombe.

Le lendemain, le 26 septembre 1994, lui et deux autres hommes ont emmené l’adolescente dans la région du lac Byrd à Pine Bluff, où Hall a placé un drap sur sa tête et l’a frappée avec une pelle.

René a crié et a essayé de s’enfuir, mais les hommes l’ont battue à tour de rôle avec une pelle“, a déclaré le ministère de la Justice. “Après l’avoir aspergé d’essence, ils l’ont traînée dans la tombe et l’ont enterrée vivante.

En 1995, un jury fédéral a reconnu Orlando Cordia Hall coupable d’enlèvement ayant entraîné la mort et l’a condamné à l’unanimité à mourir par injection létale. 25 ans plus tard, l’exécution peut enfin avoir lieu, le condamné ayant épuisé tous les recours possibles.

Les médias et la gauche ont pris la défense du meurtrier en sortant toujours le mêmes argument: il était noir, le procès était raciste, le jury était blanc, comme si un juré blanc était par nature injuste et raciste, etc. Ils ne précisent pas que la victime martyrisée était aussi noire.

Dans son dernier mot, le meurtrier a exprimé ses regrets et a exhorté tout le monde à se convertir à l’islam.

Source: Tribune-Star.

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici