Du rififi chez les imams! L’imam Chalghoumi attaqué par le président de la fondation de l’Islam de France

Ghaleb Bencheikh/Photo: Wikipedia.

FL24 vous en parlait déjà il y a deux semaines: l’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, président de la conférence des imams de France, connu pour ses positions républicaines et dénonçant depuis 15 ans l’islamisme et l’antisémitisme au sein de la communauté musulmane, est la cible de nombreuses attaques venues de musulmans aux profils divers.

Au début du mois, il avait été la cible d’une pétition signée, entre autres, par Bariza Khiari, ex-vice-présidente du Sénat, connue pour avoir fait office de “Madame islam” d’Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle de 2017.

Cette fois, c’est au tour de Ghaleb Bencheikh, le président de la “Fondation de l’Islam de France“, de se déchaîner contre lui dans les colonnes du site algérien Tout sur l’Algérie (TSA).

Selon lui, les musulmans de France seraient “humiliés de voir un benêt ânonnant des mots convenus, le plus souvent sans finir ses phrases, parler en leur nom et présenté comme leur représentant. Ce n’est pas normal! Sait-on qu’il a un effet repoussoir auprès des jeunes musulmans?”

Ce même terme de “repoussoir” avait déjà été utilisé par la fameuse Bariza Khiari. Dans la foulée, Ghaleb Bencheikh dénonce lui aussi la prétendue “omniprésence dans les médias » de cet imam qui leur cause manifestement bien du souci.

Celui qui fut aussi le président de la “conférence mondiale des religions pour la paix“, et qu’on a jusqu’ici plutôt entendu prêcher la tolérance et l’altérité, serait-il jaloux d’être un peu moins invité sur les plateaux de télévision?

Bencheikh se lance ensuite dans une analyse bien victimaire de la situation française: “Il y a véritablement en France une haine contre les musulmans en tant que personnes. C’est une attitude de défiance, d’hostilité et de détestation à leur encontre qui se manifeste dans la vie réelle, sur les réseaux sociaux et sur certaines chaînes de télévision”, pleurniche-t-il.

Tiens, c’est exactement le même discours que celui du Qatar, du Pakistan et d’un bon nombre de pays islamiques qui prêchent ces temps-ci la haine de la France, présentée comme “ennemie de l’islam“, depuis les déclarations d’Emmanuel Macron défendant notre liberté d’expression…

Il passe ensuite à l’offensive, réclamant “une instance qui absorberait l’émotion des musulmans discriminés et qui canaliserait leur colère… Une instance qui prendrait en charge la souffrance des musulmans dans un cadre républicain…”. Une instance dont il prendrait la tête, peut-être?

Sa conclusion est un chef-d’oeuvre de verbiage et de langue de bois: “La dernière séquence qu’a pu connaître la nation française doit être subsumée. C’est l’occasion d’affirmer qu’elle est en devenir et aura un avenir. Il nous incombe à nous tous, qui nous disons hommes et femmes de bonne volonté, de faire en sorte que cet avenir soit radieux et que l’effusion de sang d’êtres innocents ne soit pas vaine. Ce sera l’avènement d’une nouvelle ère où les difficultés liées à la question épineuse islamique en France seront aplanies”.

Une fois de plus, un soi-disant “modéré” montre les véritables objectifs de l’islamisme à la française: s’appuyer sur une victimisation maximale pour profiter de nos lois et obtenir toujours plus de privilèges et d’avantages indus pour les musulmans vivant dans notre pays.

Source: Marianne

L’imam Chalghoumi attaqué par… l’ex “Madame islam” de Macron

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici