Après avoir signé des pétitions pro-migrants, cette cinéaste pétitionne contre la violence à Barbès

Jeanne Labrune/Photo: Wikipedia

Les bobos de gauche seraient-ils en train de comprendre leurs erreurs? La réalisatrice Jeanne Labrune vient de lancer une pétition pour demander un “retour de l’État de droit” dans le quartier parisien de Barbès, où elle réside depuis 25 ans…

Née en 1950, la cinéaste Jeanne Labrune a réalisé 8 longs métrages et 5 téléfilms depuis ses débuts en 1978. Elle est également scénariste et a par ailleurs publié 3 livres.

Sans être trop ostensiblement politisée, son œuvre est tout de même relativement marquée à gauche et elle travaille régulièrement avec des comédiens assez engagés dans ce camp, comme Jean-Pierre Daroussin ou Jeanne Balibar.

Elle habite depuis 25 ans le quartier de Barbès-Rochechouart, situé aux limites des IXe, Xe et XVIIIe arrondissements de Paris. L’endroit est connu pour abriter toutes sortes de trafics entretenus par une population très majoritairement issue de l’immigration, principalement d’Afrique du Nord et subsaharienne.

C’est dans ce quartier, notamment, que gravitent les bandes de “mineurs non-accompagnés“, marocains pour la plupart, responsables d’un nombre incalculable de vols, agressions et dégradations en tous genres.

Nous sommes passés de la petite délinquance de rue à l’horreur du quotidien. J’ai le souvenir, alors que nous partagions un café entre copains, dans le quartier, de cette femme, accompagnée de son mari, qui a été insultée, s’est pris un jet de chaise dans les jambes, et un café brûlant”, justifie la pétitionnaire.

Les gamins du coin, je les connais tous. J’ai décidé d’agir. Nous avons décidé de cette pétition. Parce que, trop, c’est trop. Je me suis dit : stop aux petits cons au pied des immeubles. Il faut vraiment agir. Barbès est le quartier que j’aime», a-t-elle poursuivi.

On est content d’assister à cette salutaire prise de conscience. mais ce que Jeanne Labrune oublie de rappeler, c’est qu’elle a déjà signé bien d’autres pétitions, notamment des pétitions en 2007 et 2017 pour soutenir… les “sans-papiers“!

Elle faisait alors partie du collectif “Cinéastes pour les sans-papiers“, où l’on trouvait tout le gratin du cinéma français subventionné, qui a tourné des films de propagande comme “Laissez-les grandir ici!” ou “Nous, sans-papiers de France“.

Les membres du collectif avaient également actionné tous leurs relais politiques et médiatiques afin que la France accueille un maximum de leurs chers “sans-papiers“…

Aujourd’hui, elle semble avoir enfin ouvert les yeux sur la réalité de la submersion migratoire et sur les limites de l’imposture du “vivre-ensemble” et dénonce “l’horreur du quotidien” à Barbès… espérons que de plus en plus d’autres gauchistes suivront le même chemin!

Sources : Le Figaro, Le Parisien, Facebook, Wikipediz

2 Commentaires

  1. Maintenant que cela la concerne elle est farouchement opposé à ses idées. Voilà le vrai niveau des bobos de gauche

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici