Un cadavre horriblement mutilé découvert dans le Val-d’Oise, trois Sri-Lankais en garde à vue

Image d'illustration Photo: Pixabay
Image d'illustration Photo: Pixabay

Mercredi dernier, un homme de 56 ans, de nationalité sri-lankaise, a été découvert mort à son domicile de Goussainville, dans le Val-d’Oise. La victime a été littéralement scalpée et toute une partie de son cuir chevelu a été arrachée. Trois hommes, eux aussi sri-lankais, ont été interpellés et placés en garde à vue.

Mercredi 18 novembre, vers 18h30, les secours ont été prévenus par un tiers qu’un homme se trouvait inanimé à son domicile de la rue Raymond Lapchin, à Goussainville.

À leur arrivée dans le pavillon, les policiers et les pompiers ont découvert le corps du résident des lieux, un Sri-Lankais de 56 ans, sans vie et atrocement mutilé.

En effet, la victime avait été littéralement scalpée et une partie importante de son cuir chevelu avait été arrachée. On ne sait pas encore si cette mutilation est la cause du décès.

Sur place, deux hommes, eux aussi de nationalité sri-lankaise et âgés de 42 et 52 ans, ont été interpellés. Les deux individus étaient ivres et se trouvaient dans la maison à l’arrivée des secours.

Une enquête criminelle a été ouverte par le parquet de Cergy-Pontoise et les investigations ont été confiées aux fonctionnaires de la police judiciaire qui ont interrogé les deux Sri-Lankais à l’aide d’un interprète.

Ceux-ci ont révélé qu’ils étaient habituellement hébergés gratuitement par la victime à son domicile. Un troisième individu, toujours sri-lankais, aurait également été placé en garde à vue. Les trois suspects sont toujours interrogés par les enquêteurs.

Source: La Gazette du Val-d’Oise

1 COMMENTAIRE

  1. “Habituellement hébergés gratuitement par la victime”…

    C’est avec émotion que l’on reconnaît bien là le sens inné de la gratitude qui anime les adeptes de la religion de paix, d’amour et de tolérance envers leurs bienfaiteurs.

    Il n’est pas le premier à être ainsi merveilleusement et dignement récompensé de sa générosité envers ces hommes supérieurs (dixit Benêt “Bilal” Hamon) que sont les migrants musulmans. Il y avait ce prof en Normandie, par exemple…

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici