La pétition gauchiste “Noël sans Amazon” visée par une cyberattaque

Image d'illustration/Gettyimages
Image d'illustration/Gettyimages

Lancée et soutenue par des politiciens de gauche comme la socialiste Anne Hidalgo ou le maire prétendument écologiste de Grenoble Eric Piolle, une pétition hostile à la liberté de commercer d’Amazon aurait déjà recueilli près de 25 000 signatures. Mais elle vient d’être victime d’une attaque informatique…

Alors que l’ouverture des petits commerces est suspendue au bon vouloir de la Macronie sous prétexte de crise sanitaire, les pétitionnaires plaident pour privilégier… le recours aux commerces de proximité ou à “l’économie circulaire” pour les cadeaux de Noël!

Or, deux de ses initiateurs, le Mélanchoniste François Ruffin et l’ex-EELV-ex-LREM Matthieu Orphelin, se sont plaints hier de ce que cette pétition en ligne aurait été victime “d’une cyberattaque de grande ampleur“.

D’après eux, “plusieurs dizaines de milliers de contributions frauduleuses ont été ajoutées, dans une tentative de surcharger le serveur hébergeant la pétition afin de le rendre inaccessible et de détériorer le comptage et la base de données des signataires“.

L’attaque en question aurait été perpétrée dans la nuit de mardi à mercredi “par le biais de 218 serveurs appartenant à une même personne dont l’identité a pu être retrouvée” et n’aurait été contrée qu’après “de longues heures de travail“, ont-ils avancé dans un communiqué.

Ils affirment également que “cette personne est dirigeante de plusieurs sociétés informatiques, spécialisées en “e-réputation”, en marketplace, lobbying et e-marketing, et a été certifiée ‘Amazon Web Service'”, une sorte de label de qualité accordé par le groupe à de nombreux professionnels.

Jamais en retard pour se victimiser, les deux députés gauchistes en profitent pour soutenir que “cette attaque constitue une entrave manifeste au droit de pétition. Il s’agit par ailleurs d’une tentative d’ingérence dans le débat public en vue de briser une dynamique de mobilisation citoyenne, sur le sujet très sensible du développement d’Amazon en France et de la promotion de ses alternatives“.

Chez FL24, nous aussi, nous aimerions bien avoir le droit de faire nos courses, de Noël ou autres, chez les petits commerçants ruinés par les confinements imposés sous prétexte de crise sanitaire.

Mais ce n’est pas à Amazon de payer pour les décisions absurdes et autoritaires d’un gouvernement en panique devant la perspective de devoir un jour rendre des comptes aux Français.

Source: 20 Minutes

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici