CHOC! Une interprète pour demandeurs d’asile témoigne: une haine pure et une volonté d’islamiser l’Europe

Image d'illustration Photo: DR
Image d'illustration Photo: DR

Étant donné qu’en France nous avons plus de 300 000 “réfugiés” sur le territoire, sans parler de 130 000 nouvelles demandes annuelles, il est bon de savoir ce qu’ils pensent réellement de notre pays et de ses habitants. Le panorama dressée par une interprète est effrayant.

Seuls 14% des clandestins qui ont demandé l’asile en Allemagne, en l’année de la crise migratoire 2015, se sont déclarés chrétiens, et plus de 73% musulmans. Récemment, de plus en plus de chrétiens ont signalé des cas de discrimination de la part de musulmans dans le centres d’hébergement pour réfugiés.

Une interprète, ayant travaillé pendant des années dans des centres de réfugiés allemands, a partagé son expérience. Elle a pu constater que de nombreux “réfugiés” musulmans sont mus par une “haine pure” des chrétiens et que leur idée fixe est l’islamisation de l’Europe.

Ce témoignage est intéressant, car il donne le fond de la pensée des immigrés clandestins qui se prétendent réfugiés ou demandeurs d’asile, alors que les médias et les associations sur lesquelles l’État se décharge dans le traitement de toutes ces personnes ne livre que des discours édulcorés.

Cette traductrice de la langue arabe a travaillé dans plusieurs centres d’asile et a découvert que les migrants prêchent la “haine pure” envers les non-musulmans et les femmes, et qu’ils prévoient d’avoir de nombreux d’enfants en utilisant l’aide sociale des pays européens pour “détruire les chrétiens”.

Elle a expliqué qu’une telle hostilité est même ressentie dans les crèches où les enfants musulmans refusent de jouer avec des enfants non musulmans.

Cette femme de 39 ans a travaillé dans plusieurs centres de réfugiés dans toute l’Allemagne et relate également les expériences analogues de ses collègues interprètes. Elle est elle-même venue d’Érythrée en 1991 en tant que réfugiée et s’est portée volontaire pour travailler dans les centres d’asile afin de “donner quelque chose en retour“. C’est là qu’elle a découvert la réalité.

Elle parle couramment l’arabe et a déjà travaillé comme traductrice dans plusieurs foyers de réfugiés, la plupart du temps avec des collègues musulmans.Elle ne dévoile pas sa religion et personne ne soupçonne qu’elle est chrétienne. Les langues se délient.

Dans une publication sur le site catholique Kath.net, elle explique que les réfugiés islamiques “ne montrent leur vrai visage” que lorsqu’ils peuvent se parler dans leur propre langue.

Ils veulent que l’Allemagne soit islamisée. Ils méprisent ce pays et nos valeurs“, a-t-elle déclaré.

Un discours qu’elle a souvent entendu de la part de femmes musulmanes: “Nous voulons nous reproduire. Nous devons avoir plus d’enfants que les chrétiens, car c’est seulement ainsi que nous pourrons les détruire ici.

Grâce à sa connaissance de la langue arabe, elle s’en rend vite compte: les chrétiens sont persécutés, intimidés et harcelés par les “réfugiés” musulmans. Souvent, personne ne remarque le harcèlement, qui touche également les Yazidis ou les réfugiés homosexuels.

Le personnel de sécurité des structures d’accueil et les traducteurs sont presque toujours musulmans. À première vue, ils font une très bonne impression: “Ils ont surtout grandi en Allemagne, ont souvent étudié, ont des professions respectées et sont ouverts d’esprit. Mais cela change dès qu’ils sont entre eux. Ils montrent alors leur vrai visage et disent des phrases comme ‘l’Allemagne doit être islamisée’. Ils méprisent notre pays et nos valeurs.

La jeune femme, horrifiée et apeurée, continue à dissimuler sa religion afin d’en savoir plus. Elle suit notamment des cours sur le Coran dans différentes mosquées où l’on prêche la haine pure contre les autres religions. Dans les maternelles, les enfants de cinq ans lui répondent: je ne joue pas avec les chrétiens.

Source: kath.net

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici