Ils se baladent en liberté! Une cinquantaine de terroristes musulmans étrangers libérés, mais pas expulsés

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Le gouvernement britannique n’a pas réussi à expulser près de 50 terroristes musulmans étrangers après leur sortie de prison, selon un rapport d’un groupe de réflexion sur la politique étrangère.

L’analyse des dossiers du Ministère de l’Intérieur par la Société Henry Jackson, un groupe de réflexion libéral sur la politique étrangère, a révélé qu’au cours des vingt dernières années, quelque 45 terroristes ont pu rester au Royaume-Uni après leur sortie de prison.

Les conclusions du rapport, publiées partiellement dans le Telegraph, révèlent également que dix des condamnés ont été emprisonnés pour des crimes non liés au terrorisme qui auraient dû déclencher leur expulsion du pays.

La non-expulsion d’un de ces terroristes a entraîné la mort tragique de trois hommes à Reading, l’été dernier, alors que Khairi Saadallah s’est livré à un carnage meurtrier au couteau. Le terroriste né en Libye avait déjà été condamné onze fois, mais en raison des craintes motivées par le non-respect des droits de l’homme, le Royaume-Uni n’expulse actuellement personne vers la Libye.

Khairi Saadallah a été libéré de prison seulement 16 jours avant de commettre l’attentat. Il a été révélé plus tard qu’il était sur une liste de surveillance du MI5 des terroristes présumés.

Son cas a également soulevé des problèmes au sein du système d’asile britannique, puisqu’il a obtenu le statut de réfugié en 2018, alors qu’il avait déjà été condamné à plusieurs reprises pour des délits violents.

Sur les 45 terroristes condamnés connus signalés par la Société Henry Jackson, cinq étaient originaires de Libye, tandis que les autres étaient originaires du Soudan, du Pakistan, de l’Érythrée et de la Somalie.

Le rapport affirme également que dix-huit des terroristes libérés ont des liens avec des organisations terroristes islamiques radicales, telles que Al-Qaïda, les Shebbab, le Groupe islamique combattant libyen et l’État islamique.

Source: The Sun

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici