Il menace d’éventrer son ex-compagne enceinte pour “lui retirer son bébé”

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Un drame atroce a été évité de peu dans la nuit de samedi à dimanche à Toulouse, sur fond de drogue et d’alcool: un homme a menacé d’éventrer son ex-compagne, enceinte de ses oeuvres, pour lui “retirer son bébé”…

Autour de minuit, l’homme d’une trentaine d’années s’est introduit de force au domicile de son ex-compagne dans le quartier du Mirail, à Toulouse. Une altercation les a opposés et l’homme, de plus en plus violent, a brisé la serrure et a saccagé l’appartement en s’acharnant sur les meubles.

Pire encore, il a ensuite immobilisé la jeune femme, âgée de 20 ans, à l’aide d’un couteau qu’il a placé sous sa gorge en hurlant: “Je vais retirer le bébé maintenant. Je vais te balafrer, te faire le sourire de l’ange“.

Heureusement, il n’a pas mis sa menace à exécution et a fini par quitter les lieux. L’ex-compagnon a été interpellé par la police le soir-même, en état d’ivresse manifeste. Placé en garde à vue, il a été jugé mardi après-midi à l’audience de comparution immédiate.

Le procès a été l’occasion d’y voir plus clair quant aux causes de l’agression et aux profils respectifs des deux protagonistes. Le couple avait débuté une relation au mois de mars, puis s’était séparé lorsque la victime avait appris sa grossesse.

La victime donne une version bien sordide de l’origine du conflit: “Je l’ai trompé avec deux gars de la cité en échange de crack. Je lui ai dit que j’allais prendre le bébé et tout prendre. C’est là qu’il a pris un couteau”.

Quant à l’agresseur, un boucher au casier judiciaire vierge, il explique son attitude par son addiction à l’alcool, qu’il peine à soigner: “Je regrette ce qui s’est passé. Ça n’aurait pas dû se passer comme ça“, a-t-il sangloté à l’audience.

Pas de quoi attendrir les magistrats: le procureur a requis 18 mois de prison dont huit avec sursis probatoire, le tribunal l’a condamné à 12 mois de prison doit six avec sursis probatoire.

Source: La Dépêche du Midi

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici