La patronne de France Télévision en plein délire sur la “diversité”

Delphine Ernotte/Twitter
Delphine Ernotte/Twitter

FL24 vous en parlait déjà cet été: en juillet, Delphine Ernotte est devenue la première dirigeante de France Télévisions reconduite dans ses fonctions par le Conseil supérieur de l’audiovisuel. Elle s’attelle désormais à la mise en œuvre de ce qu’elle considère être la mission d’une télévision d’état: promouvoir la soi-disant “diversité”, partout, tout le temps.

Nos publics revendiquent d’être mieux représentés, en matière de parité, de couleur de peau, de handicap, d’origine géographique et sociale. La distorsion entre la réalité et sa représentation à la télévision est trop grande“, avance-t-elle.

On aimerait bien qu’elle nous montre ces milliers de courriers de téléspectateurs exigeant de voir plus de présentatrices tétraplégiques, d’animateurs malgaches ou de journalistes sri-lankais à la télévision publique.

Son programme? “Nous allons donc évaluer la représentation à l’antenne afin de nous fixer des objectifs pour 2021. D’après le CSA, les personnes “perçues comme non blanches” représenteraient environ 25% de la société française, contre 15 % à la télévision. On a un énorme rattrapage à faire. Ce sera le fil rouge de mon nouveau mandat”.

Tiens, il n’est déjà plus question de handicap, de parité ou d’origine sociale mais, sans vraie surprise, d’une offensive racialiste bien en phase avec les exigences ultra-minoritaires des indigénistes et autres séparatistes agressifs.

Autrement dit, le destin professionnel des travailleurs de l’audiovisuel public, par ailleurs champion de France de l’emploi d’intermittents précaires, ne dépendra plus uniquement de leurs compétences, mais bel et bien de la couleur de leur peau.

Non, vous ne rêvez pas: Pendant que le gouvernement qui l’a maintenue à son poste prétend, à grand bruit médiatique, vouloir “lutter contre le séparatisme“, Delphine Ernotte revendique fièrement l’instauration d’un racisme d’état financé par vos impôts.

Un autre exemple? Le financement des fictions et des émissions. La très-haute fonctionnaire explique que sa “méthode, c’est compter, partager, changer. Aux Etats-Unis, on dit: ‘No diversity, no commission‘. On ne finance pas un projet quand la diversité n’est pas représentée“.
Cele fait évidemment penser aux nouvelles règles aberrantes instaurées par l’Académie des Oscars! Décidément, sur les trop nombreuses chaînes d’état, coûteuses et souvent sans public, c’est comme dans la matinale de France Inter: le pluralisme va de l’extrême-gauche… au centre-gauche.
Source: Le Monde

 

5 Commentaires

  1. N’est-ce pas cette cinglée qui trouvait , à son arrivée à la tête de France Télévision qu’il y avait trop de mâles blancs de plus de 50 ans ?…
    Cette pouf’ persévère donc dans sa connerie idéologique, poussée en cela par le bouffon élyséen …..Affligeant !

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici