Et si c’était lui? David Lisnard, un élu de droite pas du tout comme les autres

David Lisnard
Présidentiable?

En lisant le remarquable article de David Lisnard pour Le Figaro, sur la réaction de l’État au Covid-19, on ne peut que se dire : lui, plus que les autres, il a compris où est le problème. Lui, mieux que les autres, il ose le dire. Ce que tout le peuple de droite pense secrètement, et que le RN n’ose pas avouer.

En effet, David Lisnard livre un réquisitoire sans pitié pour l’État français, cette machine à détruire la France, cette hydre bureaucratique dont la férocité redouble en temps de pandémie: non contente de déchiqueter vos économies, elle dévore maintenant vos libertés.

En une phrase, il envoie promener les mesures soi-disant sanitaires et soi-disant économiques de Castex: “Comment décemment estimer qu’il est dangereux d’aller se faire couper les cheveux ou acheter une paire de chaussures, une chemise ou un livre, et dans le même temps considérer que faire ses courses dans une grande surface bondée ou prendre le métro ne présente aucun danger de contamination?” C’est ce que pense tout le peuple. C’est enfin parfaitement exprimé.

Mais David Lisnard va plus loin. Il attaque frontalement le gouvernement Castex : il l’accuse de ne plus gouverner. “Pour un gouvernement, savoir faire preuve de courage, c’est aussi garantir la liberté. Or, il semble que, sous couvert de protection sanitaire des Français, nos dirigeants cherchent à se protéger eux-mêmes en ne prenant plus la moindre décision qui nécessiterait de considérer que l’art de gouverner, c’est autre chose que l’art d’interdire.” C’est bien ça : ils ne gouvernent plus, ils interdisent. Et, en nous interdisant tout, ils nous rendent coupables par avance de ce qui nous arrivera: chaque nouveau malade sera de notre faute.

David Lisnard résume notre situation: “L’État protège de moins en moins et interdit de plus en plus. Il décourage les honnêtes citoyens et, par sa faiblesse régalienne, laisse involontairement la place à des bandes, des groupes, parfois des mafias.” Staline disait qu’il fallait “terroriser les honnêtes gens” pour gouverner tranquillement. C’est ce que fait de plus en plus, la Macronie.

Il indique l’urgence: “Il faut que l’État retrouve le sens de la mesure et de la justesse pour concilier la nécessaire protection sanitaire et l’indispensable liberté économique et sociale qui nous relie les uns aux autres. Il en va de notre conception de la société et de notre cohésion nationale.” Exact: si le confinement continue à ce rythme, la nation entière va se désagréger à toute vitesse.

Comme le signale David Lisnard, la protection sanitaire est “nécessaire”, mais l’économie est “indispensable”. Sans économie, il n’y a plus rien. La nation a déjà commencé à partir en lambeaux, avec une hausse sensible des émeutes anti-policières, des crimes gratuits, des attaques au couteau, et les nombreuses faillites en cours, plus nombreuses encore à venir, vont ajouter de l’huile sur le feu. Chaque jour confiné supplémentaire nous rapproche du gouffre économique et du chaos social.

Dans son article, il cite avec goût Victor Hugo, Montesquieu, Tocqueville, Bastiat: David Lisnard est réellement intelligent et cultivé. Il est en colère, mais civilisé. Et il croit par-dessus tout à la liberté, comme seule issue possible à l’impasse française. C’est un phénomène suffisamment rare en politique pour être noté: cet homme a confiance en nous.

En creusant un peu, on découvre qu’il est fils de commerçants, ce qui est toujours un excellent signe: ses parents lui ont appris à compter, à gérer et à prévoir dès le plus jeune âge. Il vient de l’économie réelle. De plus, c’est un élu LR de très haut niveau: il a été réélu à la mairie de Cannes dès le premier tour avec 88% des voix, score impressionnant, signe qu’il est forcément bon gestionnaire, sympathique et sérieux sur le sujet de la sécurité, son cheval de bataille.

Exemple de son action: Cannes est maintenant équipée de 468 caméras, environ 1 pour 156 habitants (le réseau le plus dense de France), d’une police municipale réorganisée pour quadriller le terrain, et d’une police équestre en centre-ville. De quoi rassurer le promeneur et l’électeur: c’est du concret.

Et, ce qui ne gâte rien, il soutient les chrétiens d’Orient, il est marathonien, et il a une tête à jouer dans un film avec Lino Ventura. Bref, ce maire LR a beaucoup d’atouts pour plaire à un peuple déboussolé et qui cherche désespérément, justement, un cerveau suffisamment lucide, profond et efficace pour le sortir de l’impasse économique et sécuritaire. Et s’il était présidentiable? On a le droit de rêver. Pourvu qu’il y pense…

Si FL24 a le devoir de dénoncer tel ou tel, et nous le faisons plus qu’à notre tour, nous nous réservons le droit de saluer un beau parcours d’élu qui mène à un grand article, et de signaler au reste de la France qu’il y a peut-être bien un top gun à Cannes. Il est temps de s’y intéresser.

Pour le découvrir plus directement, un interview où David Lisnard parle du commerce, de la droite et de la sécurité, avec des idées limpides et un pragmatisme très peu habituel dans la politique française:

Pour lire l’article de David Lisnard en entier dans Le Figaro, cliquez ici.

Source: Le Figaro

4 Commentaires

  1. C’est bien beau et bien gentil tout cela mais QUid de l’alliance avec le RN ? ce qu’il dit et qu’il découvre si tardivement , Jean-Marie Le Pen le disait déjà il ya plus de trente ans et les petits amis de ce monsieur le traitait alors de fasciste et de fou ! On nous a déjà fait le coup avec Sarkozy on ne nous le refera pas . S’il est vraiment un type honnête intellectuellement , il devrait démissionner de cette machine d’imposteurs que sont les soi disant républicains .

  2. Peut-être qu’il faudrait vous intéresser aux hommes plus qu’aux partis, Korth. Le fait qu’un élu soit RN n’en fait pas forcément un héros de la Patrie. Et le fait qu’un élu soit LR n’en fait pas forcément un monstre. Ce qui compte, c’est ce qu’ils font concrètement pour les gens qui les ont élus. Et Lisnard a été réélu à 88% : ça pèse beaucoup plus lourd qu’une étiquette, un sondage ou un passage à la télé. Nous avons besoins d’hommes efficaces, pas de logos.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici