En Iraq, la justice pour les djihadistes: 21 terroristes condamnés à mort et pendus

Image d'illustration Photo: Fotolia
Image d'illustration Photo: Fotolia

En Iraq, on ne fait pas du sentiment. La justice irakienne a exécuté lundi 21 condamnés à mort pour terrorisme et pour meurtre, annonce un communiqué.

Parmi les condamnés, figurent plusieurs hommes impliqués dans deux attentats suicides qui ont fait des dizaines de morts à Tal Afar.

Leur identité n’a pas été révélée, pas plus que les chefs d’accusation qui ont conduit à leur condamnation à la peine capitale.

L’Irak a jugé des centaines de djihadistes présumés et procédé à plusieurs exécutions de masse depuis qu’il a vaincu les combattants de l’État islamique dans le cadre d’une campagne militaire soutenue par les États-Unis dans les années 2014-2017.

Depuis la défaite de l’État islamique fin 2017, l’Irak a condamné à mort des centaines de ses citoyens pour appartenance à la faction islamiste.

Les tribunaux irakiens ont également jugé des dizaines de ressortissants étrangers pour appartenance à l’État islamique, condamnant à mort 11 citoyens français et un ressortissant belge. On devrait leur être reconnaissants d’avoir fait le travail que nos gouvernements rechignent à faire.

Les groupes gauchistes de “défense des droits de l’homme” (en fait, c’est toujours les droits des criminels) du genre Amnesty International ont accusé le système judiciaire irakien de corruption, de mener des procès précipités en utilisant des preuves circonstancielles et de ne pas permettre aux accusés de se défendre correctement ou d’avoir accès à des avocats.

L’Irak affirme que ses procès sont équitables.

Le gouvernement irakien a refusé de fournir des chiffres sur les centres de détention ou les prisonniers, notamment sur le nombre de ceux qui sont accusés de terrorisme, bien que certaines estimations pensent que 20 000 d’entre eux sont détenus pour des liens avec les djihadistes.

L’État islamique a conquis un tiers de l’Irak en 2014 et a été largement vaincu dans ce pays et dans la Syrie voisine à l’issue d’une guerre acharnée de trois ans.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici