“Il faut arrêter d’être un pays de pédés.” Bolsonaro flingue les paniquards qui paralysent le monde

Le président brésilien Jaïr Bolsonaro/DR
Le président brésilien Jaïr Bolsonaro/DR

“Aujourd’hui, il n’y en a que pour la pandémie, il faut en finir avec ça.”, a clamé le président brésilien Jaïr Bolsonaro, déterminé à ne pas laisser le Brésil paralysé par la peur, en proie à la panique et à la démoralisation. L’homme fort du Brésil, continue de défendre la liberté contre le réflexe totalitaire qui sévit ailleurs.

“Je regrette les morts, je les regrette. Nous allons tous mourir un jour, tout le monde ici va mourir. Ça ne sert à rien de fuir cela, de fuir la réalité. Il faut arrêter d’être un pays de pédés. Nous devons nous battre la tête haute, lutter”, a encouragé Jaïr Bolsonaro, face aux paniquards de gauche qui veulent paralyser le pays.

Sa combativité est plébiscitée par les Brésiliens, comme en témoigne son extrême popularité à 37% d’avis favorables fin septembre, qui traduit une approbation d’un président qui n’a pas cédé à la panique et a su garder la tête froide face à la pandémie.

Il faut dire que Jaïr Bolsonaro n’est pas du genre à se laisser intimider par qui que ce soit, pas même le virus chinois, et encore moins par les prêtres médiatiques qui tentent désespérément d’instrumentaliser les morts de la Covid-19 pour essayer de le discréditer.

Source: LCI