Comment l’OMS couvre la Chine et bloque une véritable enquête sur les origines du Coronavirus

Photo: DR
Photo: DR

Dès le début de la pandémie, il est apparu clairement que la Chine communiste avait organisé une campagne éhontée de dissimulation, qui a coûté des vies dans le monde entier. Aujourd’hui, on découvre que l’Organisation mondiale de la santé ne s’est pas contentée de se prosterner devant les communistes, mais elle a activement aidé Pékin à blanchir ses actes meurtriers.

Le New York Times publie une enquête révélant des documents internes et des entretiens avec plus de 50 fonctionnaires et scientifiques. “En faisant l’éloge de Pékin, l’Organisation mondiale de la santé a couvert la Chine et a peut-être sacrifié la meilleure chance de mettre à jour les origines du virus“.

En d’autres termes, la collaboration de l’OMS avec la Chine a coûté plus d’un million de vies.

En février dernier, le directeur des urgences de l’OMS, Michael Ryan, a déclaré qu’il était essentiel de comprendre la source du virus. Mais l’agence “a négocié des conditions qui ont mis ses propres experts sur la touche“, rapporte le New York Times. “Ils n’ont pas voulu remettre en question la réponse initiale de la Chine, ni même visiter le marché d’animaux vivants de la ville de Wuhan où l’épidémie a soi-disant pris naissance.

En effet, près d’un an “et plus de 1,1 million de morts plus tard, il n’y a toujours pas d’enquête transparente et indépendante sur l’origine du virus“.

Pire: lorsque l’Australie a demandé une telle enquête en avril dernier, Pékin a interdit les importations australiennes dans le pays — et le fait toujours.

Mais l’OMS a fait l’éloge de la Chine toute l’année et a affirmé qu’elle enquêtait sur les origines du virus  alors qu’elle savait que les communistes rendaient toute véritable enquête impossible.

L’OMS a fait l’éloge de la Chine tout au long du mois de janvier, remerciant le pays d’avoir partagé “immédiatement” la carte génétique du virus et déclarant que son travail et sa transparence étaient “très impressionnants“.

En réalité, “les laboratoires du gouvernement chinois n’ont publié le génome qu’après sa publication par un autre laboratoire sur un site web de virologistes“, plus d’une semaine après avoir obtenu la carte génétique. “Le retard dans la publication du génome a retardé la reconnaissance de sa propagation à d’autres pays, ainsi que le développement mondial de tests, de médicaments et de vaccins.

Dans un avis interne, les responsables chinois ont constaté, début janvier, que le Coronavirus était “contagieux par les voies respiratoires“. Mais l’OMS a déclaré le même jour que les informations provenant de Chine n’indiquaient “aucune preuve de transmission significative entre humains“.

À la fin du mois de janvier, le directeur général de l’OMS a fait l’éloge sans réserve du régime qui avait coûté au monde un temps précieux. “Nous aurions dû en fait exprimer notre respect et notre gratitude à la Chine pour ce qu’elle fait“, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus. “Elle a déjà fait des choses incroyables pour limiter la transmission du virus à d’autres pays“.

Comme l’a déclaré Ali Mokdad, professeur à l’Institut de métrologie et d’évaluation de la santé de l’Université de Washington, “Il est évident que nous aurions pu sauver davantage de vies et éviter de nombreux décès si la Chine et l’OMS avaient agi plus rapidement“.

Aujourd’hui encore, près d’un an plus tard, l’OMS poursuit son travail de dissimulation et couvre le régime chinois.

Le retrait du financement de cette organisation corrompue, qui a sur les mains le sang d’un million de morts, a été l’une des décisions les plus sages du président Trump.

Source: The New York Times

Boum! Donald Trump explose l’OMS dont la servilité chinoise a “coûté des vies humaines”

7 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici