Pacte climatique de Paris: découvrez pourquoi demain, à minuit, Greta va pleurer

Greta Thunberg / Photo: DR
Greta Thunberg / Photo: DR

Quelle que soit l’issue des élections pour le président Trump et Joe Biden, les États-Unis ne feront plus partie de l’accord de Paris sur le climat à partir de minuit.

Donald Trump a retiré les États-Unis de l’accord le 1er juillet 2017, mais les règles du pacte imposent un délai de réflexion d’un an. Les États-Unis ayant officiellement déposé leurs “papiers de divorce” le 4 novembre dernier, la période de réflexion expire à minuit.

Le Département d’État ne participera pas activement aux réunions des Nations Unies sur l’accord climatique, mais il restera un observateur.

L’accord de Paris sur le climat, signé par 197 pays, est une de ces lubies délirantes des écolos dingos dont personne ne se souviendra d’ici à quelques année lorsque le dogme du réchauffement climatique sera remplacé par celui du refroidissement planétaire, du tiédissement terrestre ou une autre débilité pseudo-scientifique.

Cet accord a néanmoins créé un objectif visant à stopper le réchauffement en dessous de 2 degrés Celsius et à essayer de le maintenir à 1,5 degré en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, comme si l’activité humaine pouvait influencer une multitude de processus naturels de notre planète dont une bonne partie n’est même pas suffisamment comprise par les scientifiques.

Il y a quelques semaines, Donald Trump s’est moqué du désastreux accord pour le climat de Paris, dont il a préservé les États-Unis en retirant son pays de ce ruineux carcan, après son élection en 2016.

“Vous savez ce que j’ai également arrêté? L’accord sur l’environnement de Paris. J’aime beaucoup le Premier ministre Macron mais je lui ai demandé comment l’accord avançait, ils n’y arrivent pas vraiment”, a raillé le Président américain.

“Je vous ai fait économiser des millions de dollars, personne d’autre ne l’aurait fait. J’ai dit que c’était un désastre, ils voulaient grosso modo prendre notre richesse”, a rappelé le président républicain. En effet, l’accord de Paris, exclusivement défavorable à l’Occident et particulièrement aux États-Unis, bénéficie surtout à la Chine.

Au moment de se retirer du pacte, le secrétaire d’État, Mike Pomeo, a déclaré que ces accords représentaient “un fardeau économique injuste imposé aux travailleurs, entreprises et contribuables américains à cause des engagements pris par les États-Unis dans le cadre de l’accord“.

À la place les États-Unis veulent “proposer un modèle réaliste et pragmatique dans les discussions internationales sur le climat“, a-t-il dit. “Comme par le passé, les États-Unis continueront de promouvoir la recherche, l’innovation et leur croissance économique, tout en réduisant les émissions et en tendant la main à nos amis et partenaires à travers le monde

Joe Biden a déclaré que s’il était élu, les États-Unis réintégreraient le pacte.

Source: AP

Piégée par un canular, Kamala Harris complote avec une fausse Greta Thunberg contre le président Trump

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici