Tentative d’assassinat d’un prêtre à Lyon: quelles sont les deux pistes privilégiées par l’enquête?

Père Nikolaos Kakavelakis / Photo: Facebook
Père Nikolaos Kakavelakis / Photo: Facebook

Un prêtre grec orthodoxe de Lyon a été gravement blessé par balle alors qu’il fermait son église samedi après-midi. Le prêtre, un citoyen grec identifié comme étant le père Nicolas Kakavelakis, âgé 45 ans, marié et père de deux enfants, selon la coutume orthodoxe, a reçu deux balles dans l’abdomen.

La police a bouclé une grande partie du quartier résidentiel entourant l’église dans une chasse à l’homme pour retrouver le tireur, armé d’un fusil à canon scié. Un homme non armé a été arrêté par les policiers à proximité.

Le parquet de Lyon a ouvert une enquête pour tentative de meurtre, comme dans une affaire de droit commun, mais le Parquet national anti-terroriste suite l’affaire de près, même s’il n’a pas ouvert d’enquête sur la fusillade en tant qu’incident terroriste.

Aucune piste n’est favorisée, aucune n’est écartée“, a déclaré le maire écolo de Lyon, Gregory Doucet, aux journalistes. “Nous ne connaissons pas à ce stade le motif de cette attaque.

Antoine Callot, le curé de la paroisse orthodoxe de la Sainte Rencontre à Lyon, a déclaré que la communauté grecque orthodoxe de Lyon n’avait reçu aucune menace, mais il a immédiatement demandé à la police d’assurer la protection de son église.

La personne correspondant à la description de lu tireur a été arrêtée dans un kebab du IIIe arrondissement de Lyon, à proximité des lieux de l’incident. Les médias français ont dans un premier temps indiqués que l’enquête s’orientait vers la piste du terrorisme turc avant de privilégier une autre hypothèse.

En effet, depuis ce dimanche matin, les médias font un battage autour des déclarations du père Antoine Callot, le curé d’un autre paroisse orthodoxe de Lyon, qui a parlé au micro de France Info “des conflits de personnes” dans la communauté religieuse de la victime.

Il y a eu des interventions de la police qui a été appelée par le père Nicolas, au moins une fois, sinon plusieurs dans l’église. Il y avait des bagarres dans l’église”, a-t-il affirmé. C’est dans la direction d’un conflit privé “qu’on doit chercher”.

En décembre 2018, un ancien prêtre avait été condamné pour calomnie par le tribunal correctionnel de Lyon. Il aurait dénoncé “des supposées dérives, notamment dans une lettre adressée à l’ambassade de Grèce à Paris, l’employeur du prêtre” selon le compte-rendu du procès publié par le Progrès.

Cette attaque intervient alors que le pays est en état d’alerte après une série d’attentats terroristes récents, dont une attaque au couteau à Nice jeudi qui a fait trois morts: une femme qui a été presque décapitée et un homme égorgé à l’intérieur de l’église, et une troisième femme poignardée à plusieurs reprises, morte de ses blessures plus tard.

Le Parquet antiterroriste a déclaré que le suspect de l’attentat de Nice, un Tunisien de 21 ans, ne figurait pas sur le radar des services de renseignement comme une menace potentielle. Il a reçu 14 balles de la police et est grièvement blessé.

Le 16 octobre, un enseignant a été décapité en banlieue de Paris. Lors de ces deux attentats, les assaillants ont crié “Allah akbar”, la signature d’une attaque terroriste à caractère islamiste.

Source: France Info/ Reuters

L’agression par balles d’un prêtre orthodoxe à Lyon: un suspect “de type méditerranéen” interpellé

 

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici