Taqiya! La mosquée pleure le professeur décapité après avoir diffusé les menaces contre lui

Samuel Paty / Photo: Flickr
Samuel Paty / Photo: Flickr

Alors que les Français pleurent Samuel Paty, ce professeur d’Histoire, décapité par un djihadiste vendredi soir, des musulmans se sont engouffrés dans cette communion nationale en lui rendant hommage. Des larmes de crocodile comme celles de la mosquée de Pantin qui a été prise en flagrant délit de taqiya.

La taqiya consiste à dissimuler la vérité et les véritables intentions de la oumma (la communauté islamique), il s’agit d’un mensonge autorisé et encouragé par l’islam afin de cacher sa véritable nature — hostile aux non-musulmans, désignés sous le terme: koufars (“infidèles”).

Les discours dédouanant la nature islamique des attentats djihadistes et prétendant que ces attaques sont “contraires à la religion musulmane” sont des mensonges qui s’inscrivent dans ce principe essentiel de l’islam. Une stratégie subversive qui trompe les esprits les plus faibles et les plus crédules, qui y trouvent une occasion de se vautrer dans la lâcheté.

La grande mosquée de Pantin a ainsi appelé à manifester en soutien de la victime, alors qu’elle avait diffusé le message menaçant d’un parent d’élève musulman à l’encontre du professeur.

“Elle était déjà virale dans les milieux musulmans” justifie le responsable de la mosquée qui s’est empressé de supprimer la vidéo de menaces en croyant réussir à duper les Français. Mais l’hypocrisie de cette mosquée a explosé à la vue de tous. L’insincérité de l’indignation musulmane est par conséquent aussi virale que l’ont été les menaces contre la victime.

Cette confession conduit à une effroyable question: Parmi les millions de musulmans vivant en France, combien cautionnent secrètement cette violence barbare qu’ils prétendent condamner devant les koufars?

Sources: Libération, Twitter

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici