Minable! Castex tente de récupérer l’émotion après l’attentat et se ridiculise

Jean Castex / Photo: Twitter
Jean Castex / Photo: Twitter

Alors que la France est sous le choc après la décapitation de Samuel Paty traduisant un nouveau palier franchi dans la barbarie islamique, le Premier ministre Jean Castex — en chute libre dans les sondages —, a voulu récupérer la vive émotion suscitée pour redorer son image, mais s’est enfoncé.

“Vous ne nous faites pas peur. Nous n’avons pas peur. Vous ne nous diviserez pas. Nous sommes la France!”, a tenté le Premier ministre de la panique, qui tremble devant la Covid, et rampe devant l’islam.

Le pétochard en sous-chef répète qu’il n’a pas peur, alors que l’indéboulonnable haute fonction publique — dont il est le visage — s’est illustrée par sa passivité complice envers le danger islamique qui menace la France depuis des décennies, et qui n’a cessé de croître, sans jamais avoir été combattu avec la force et la détermination qu’il requiert.

Les discours sans ambitions, les ambitions sans décisions, les décisions sans conséquences, ont mené son gouvernement à l’embryon d’une loi contre le séparatisme, dont le spectre de l’avortement reste présent au-delà de 14 semaines. Une faible loi de pleutres qui espère désamorcer le terrorisme en islamisant l’école avec l’apprentissage de l’arabe.

Si toute la France n’a pas peur de l’islam ni de ses assassins, Castex et son gouvernement sont eux apeurés par la religion musulmane et la menace électorale qu’elle fait peser, plus encore que par la violence islamiste qui s’abat et qui a intimidé les pouvoirs publics, condamnant le reste des Français à l’insécurité physique et identitaire.

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici